Pour le Mexique, la victoire d'Hillary Clinton aux Etats-Unis est indispensable

Troisième débat ce soir entre les deux candidats à la présidentielle aux Etats-Unis, trois semaines avant le grand jour. Le 8 novembre, les Etats-Unis voteront pour choisir leur prochain président. Dans les sondages, l’écart se creuse : Hillary Clinton devance toujours le candidat républicain, Donald Trump, au grand soulagement du Mexique. Car le Mexique serait en effet le pays le plus affecté par une victoire du camp républicain.



Pour le Mexique, la victoire d'Hillary Clinton aux Etats-Unis est indispensable
Au Mexique, tout le monde tremble à quelques jours de l’élection présidentielle aux Etats-Unis car une victoire du candidat républicain aurait sans doute de graves répercussions sur la stabilité économique et financière du Mexique. La Banque mondiale vient même d’avertir les plus optimistes : une victoire de Trump en novembre « sera un coup dur » pour le Mexique, le gouverneur de la Banque centrale mexicaine a même parlé d’un « ouragan » si le magnat new-yorkais devenait président des Etats-Unis, un ouragan « d’intensité élevée » a même précisé le patron de la Banque centrale et en effet, il y a de quoi être inquiet. Car Donald Trump a toujours érigé dans ses discours le Mexique comme une menace plus que comme un pays ami : une menace migratoire, une menace économique, une menace aussi en termes de sécurité.

L'immigration, l'enjeu numéro un
 

Au centre de son programme sur l’immigration, évidemment, il y a les expulsions des Mexicains illégaux aux Etats-Unis, et bien sûr le mur frontalier que devraient payer les Mexicains, l’interdiction des remesas, ces sommes d’argent que les immigrés mexicains envoient à leurs familles restées au Mexique. Cela représente environ 30 milliards de dollars, un montant énorme, aussi cette interdiction serait très dangereuse pour la stabilité sociale du Mexique : cet argent est vital pour de nombreux villages ou des régions très marginalisées. 
 
Autre dossier : le commerce entre les deux pays. Le Mexique est encore une fois qualifié d’ «adversaire déloyal»  par le candidat républicain. Ce dernier souhaite rompre l’Alena, l’accord de libre-échange signé en 1994 avec le Mexique et le Canada, rapatrier les entreprises étasuniennes qui ont délocalisé. Cela entraînerait donc des millions de suppressions d'emplois au Mexique et une baisse importante des exportations mexicaines en direction de son voisin du Nord. Or, le commerce extérieur mexicain est ultra dépendant des Etats-Unis : plus de 80% des exportations mexicaines vont aux Etats-Unis et ce dernier est le premier pays à investir au Mexique. Chaque minute, plus d’un million de dollars sont échangés entre les deux pays. 

Le Congrès, garde-fou du pouvoir exécutif
 
Heureusement, le Congrès des Etats-Unis sera là pour limiter la casse. Bien sûr, Donald Trump, s’il est élu, n’aura pas toute la liberté d’agir. Mais il y aura forcément des conséquences importantes pour le Mexique. Et cela a déjà commencé : dès que Donald Trump grimpe dans les sondages, le cours du peso mexicain recule, atteignant des niveaux historiquement bas. Dans un contexte économique plus que morose pour le Mexique, le spectre d’un Trump victorieux aux Etats-Unis a accéléré la folle dépréciation de la monnaie nationale depuis un an. Alors les économistes craignent, sans doute avec raison, un emballement des marchés financiers en cas de victoire de Trump et une forte déstabilisation financière et monétaire du Mexique. Si Trump gagne, ce sera au mieux l’incertitude économique et politique pour le Mexique, au pire, une déstabilisation profonde. Ce qui est sûr c’est que pour le Mexique, il n’y a qu’une seule issue positive : la victoire d’Hillary Clinton.

rfi.fr

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter