Pour le développement de l’Afrique : Wade "déterre" le Nepad

Le président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, a procédé à l’ouverture la 44ème édition des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad). La cérémonie officielle qui s’est déroulée hier, mercredi 13 mai au Méridien Président, a enregistré la participation de chefs d’Etat, de personnalités venues du monde entier. A cette occasion, le président Wade, a remis sur la table le dossier du Nepad face à la problématique du développement de l’Afrique.



Le chef de l'Etat sénégalais, Abdoulaye Wade
Le chef de l'Etat sénégalais, Abdoulaye Wade
La crise financière est arrivée à un moment où l’Afrique se trouve à la croisée des chemins. En vue de renforcer la diversification et trouver un partenariat, les responsables des pays africains ont jugé à l’unanimité que l’union fait la force.

« L’Afrique peut s’en tirer en nous regroupant dans un espace public ». Cela est du moins l’avis du président Abdoulaye Wade qui a suggéré à ses paires de « passer à une échelle supérieure ». En faisant référence au Nepad, M. Wade a prié le président de la Commission de l’Union Africaine « de faire encore confiance au Nepad. Je crois qu’il va revenir sur le bon chemin », a soutenu le président. Etant un des deux fondateurs du partenariat, il a demandé aux responsables en charge de la question « de ne rien réformer ». Selon Me Wade, « le Nepad ne doit pas avoir affaire à ce que nous faisons dans chaque pays », mais plutôt « il doit faire un plus dans ce que nous pouvons faire nous-mêmes, notamment dans les champs de l’agriculture, des chemins de fer, des routes… ».

Le Chef de l’Etat, non sans en être fier, a profité de cette occasion pour dénoncer quelques mauvaises gestions du Nepad. « Ils ont dépensé beaucoup d’argent pour rien », a-t-il dénoncé. « Pour ensuite annoncer qu’il y a des progrès réalisés dans les pays africains. Je traite çà d’escroquerie intellectuelle », a-t-il poursuivi.

Le Nepad, était à l’origine, comme l’a dit le chef de l’Etat, un « instrument magnifique fondé sur les infrastructures, l’énergie, l’environnement mais aussi les Tic et le tourisme, mais qui a malheureusement connu un déraillement ».
Pour cela, M. Wade a recommandé de « mettre en place un gouvernement continental ». A l’exemple d’ « une garantie mutuelle entre les Etats à partir d’un emprunt collectif où ils pourraient tous bénéficier ». C’est-à-dire pour lui, « une réalisation d’un certain nombre d’objectifs communs ».

A ce niveau, le Président Wade a tenu à féliciter le président de la Bad « pour la nouvelle dimension apportée avec beaucoup de ressources de la banque ».
Se prononçant également sur les Etats unis d’Afrique, le président de la République a affirmé : « nous sommes à l’aise. Le Sénégal est prêt à renoncer à sa souveraineté pour se fondre dans une unité plus grande de l’Afrique ».
Enfin, Me Wade a encore fait appel à la réforme et à la coopération « Sud- sud ».

Bella A. Thiam (Sud)

Jeudi 14 Mai 2009 - 10:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter