Pour payer leurs retraites, les Américains comptent sur l’Afrique

Aux États-Unis, les fonds de pension sont de plus en plus nombreux à se tourner vers des capital-investisseurs actifs sur le continent.



Pour payer leurs retraites, les Américains comptent sur l’Afrique

Les grands fonds de pension américains tels que le New York State Common Retirement Fund, doté de 180 milliards de dollars, et le Washington State Investment Board, avec ses 107 milliards de dollars, se sont également tournés vers le continent. « L’intérêt pour l’Afrique a énormément augmenté au cours des dix-huit à vingt-quatre derniers mois », explique Adiba Ighodaro, basée aux États-Unis et associée en charge du développement de l’investisseur chez Actis, qui a récemment levé des capitaux auprès de Mosers et de l’État de Washington. « Aux États-Unis, les gens ont été plus rapides à concrétiser leur intérêt pour le continent, ajoute-til. Ailleurs, ils mettent beaucoup plus de temps… »

Adiba Ighodaro a plusieurs fois emmené les investisseurs américains sur le terrain afin qu’ils puissent être eux-mêmes témoins de cette croissance. « Ils viennent de loin, avec une perspective totalement différente. Mais regardez ce qui se passe au Nigeria ou à Nairobi… La croissance de la consommation, les opportunités d’investissement sont pratiquement tangibles. Vous avez juste à y faire un tour et vous pouvez presque les toucher du doigt, les sentir. Il s’agit là d’une partie très importante du processus », explique-telle.

Le fait qu’une partie des pensions touchées par 111 000 travailleurs retraités de l’État américain du Missouri soit financée par les consommateurs africains peut sembler improbable. Mais tandis que les fonds de pension du continent ont encore tendance à pécher par excès de prudence et, pour la plupart, à éviter d’investir dans des

Mosers et un fonds de pension d’entreprises européen ont ainsi investi dans les deux fonds Afrique de DPI, dont le second a bouclé cette année à 725 millions de dollars, soit 45 % au-dessus de sa cible. « Au sein de notre deuxième fonds, le plus grand groupe d’investisseurs est en fait constitué de fonds de pension », explique Runa Alam, directrice générale et cofondatrice de DPI, ajoutant que la société en a attiré six, dont un seul africain.

« La plupart souhaiteraient investir entre 25 et 75 millions de dollars au minimum. Et lorsque les fonds de pension investissent et réinvestissent [dans un fonds subséquent], cela crée de la confiance non seulement dans le fonds, mais aussi en l’Afrique de manière générale », analyse-telle.

Pour les gestionnaires de capitaux privés sud-africains tels qu’Ethos, l’argent provenant des pensions américaines n’est pas réellement une nouveauté. Près d’un tiers des 800 millions de dollars de son fonds VI vient de fonds de pension américains.

« Nous avons obtenu leur soutien avec notre troisième levée de fonds il y a près de vingt ans. L’Afrique du Sud venait tout juste de s’ouvrir », raconte Ngaalah Chuphi, associé chez Ethos. Mais depuis, les Américains se sont tournés vers le reste du continent.

Le secteur du capital-investissement africain a levé 3,1 milliards de dollars au premier semestre de cette année. Il est ainsi susceptible de dépasser son plus récent pic – 4 milliards de dollars amassés pour la totalité de l’année 2013 -, non loin de son record de 4,7 milliards de dollars atteint en 2007, avant la crise financière mondiale. Et si aujourd’hui cela ne pourrait encore représenter que 1 % des fonds mondiaux soulevés pour le private equity, les gestionnaires sont déjà tournés vers l’avenir.

fonds nationaux de capital-investissement, leurs équivalents américains ont jeté leur dévolu sur l’Afrique.

Au moment où, à travers le monde, les fonds de pension ont beaucoup de mal à atteindre leurs objectifs, ils sont de plus en plus nombreux à miser sur la croissance économique en Afrique (proche de 5 % par an en moyenne). Et plus particulièrement sur les secteurs qui concernent les classes moyennes émergentes et qui connaissent une croissance beaucoup plus rapide (jusqu’à 20 % par an).

Ainsi, le régime de retraite des employés de l’État du Missouri, dénommé Mosers et doté de 9,3 milliards de dollars (environ 8,3 milliards d’euros), a investi ces dernières années dans des fonds de private equity actifs sur le continent, gérés par Actis et par Development Partners International (DPI). Les deux capital-investisseurs ont réalisé des investissements dans des entreprises qui misent sur les dépenses de la classe des consommateurs du continent : des sociétés spécialisées dans la santé et l’éducation, dans le développement de centres commerciaux ou dans l’approvisionnement en électricité.

source: jeune Afrique


Dior Niang

Mardi 3 Novembre 2015 - 14:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter