Pour recouvrer ses biens : Aida Ndiongue décide d’internationaliser son combat

Aida Ndiongue n’entend pas rester les bras croisés contre ce qu’elle qualifie d’injustice avec la confiscation de ses biens. Et pour bien mener ce combat, elle est allée en compagnie de ses conseils à la rencontre des organisations de défense des droits de l’homme telles que le Raddho, passe à la Ligue sénégalaise des droits de l’homme et Amnesty international.



Pour recouvrer ses biens : Aida Ndiongue décide d’internationaliser son combat
L’ex sénatrice libérale poursuivie pour détournement de deniers publics dans l’affaire des produits phytosanitaires,  puis devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite veut à tout prix et dare dare récupérer ces biens  «Aida Ndiongue veut récupérer ses biens coûte que coûte. Condamnée par la Cour suprême, Aida Ndiongue a décidé d’internationaliser son combat contre l’Etat».

A en croire le journal l’As, celle que l’on colle le sobriquet de la lionne du Walo «A été reçue hier, en compagnie du coordonnateur de  son pool d’avocats, Me Mbaye Jacques Ndiaye par le patron de l’Afrique de l’Ouest et du centre d’Amnesty International. Le but, sensibiliser Alioune Tine sur le caractère « inique et injuste » de sa condamnation et les péripéties de son procès pour le moins rocambolesque, et éventuellement rallier à sa cause les défenseurs des droits de l’homme.

Selon toujours le journal l'As, Aida Ndiongue compte également, rencontrer les responsables d’Amnesty Sénégal, ceux de la Rencontre africaine des Droits de l’homme (Raddho), la Ligue sénégalaise pour la défense des droits de l’homme (Lsdh)».

Pour rappel, Aida Ndiongue est poursuivie pour détournement de deniers publics dans l’affaire des produits phytosanitaires,  puis devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite.
 

Khadim FALL

Mercredi 7 Septembre 2016 - 09:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter