Pour un accès aux services d’eau potable et d’assainissement, la Banque Mondiale injecte 55 millions $ au PEPAM

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé mardi un crédit de 55 millions de dollars (environ 26 milliards de Franc CFA) pour contribuer à accroître l'accès durable à des services d’eau potable et d'assainissement dans des zones rurales et urbaines du Sénégal dans les prochaines cinq années.



Pour un accès aux services d’eau potable et d’assainissement, la Banque Mondiale injecte 55 millions $ au PEPAM
Selon le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, Habib Fétini, « ce nouveau financement destiné au Programme d’Eau Potable et d’Assainissement du Millénaire (PEPAM) est crucial pour l’atteinte des OMD car elle vise à améliorer l’accès à l'eau potable et à renforcer les services d’assainissement pour plus d'un demi million de personnes dans les zones rurales et périurbaines pauvres».

«Ce soutien de la Banque mondiale va contribuer à faciliter l'accès aux services à travers des programmes d’extension des systèmes de production et de distribution d’eau et des réseaux d'assainissement urbain, avec des branchements sociaux des ménages , des bornes-fontaines publiques et des installations autonomes de systèmes d'assainissement", a indiqué M. Matar Fall, le chargé du projet au sein de la Banque mondiale.

Le projet permettra également de consolider les acquis de la réforme de l’hydraulique urbaine, de soutenir la réforme du sous-secteur de l’hydraulique rurale et de renforcer les capacités pour mettre en place et gérer les services d'eau et d'assainissement, a-t-il indiqué.

Le crédit qui comprend 5 millions de dollars au titre du Crisis Response Window (CRW, un fonds d’urgence de la Banque mondiale pour alléger les effets de la crise financière) favorisera l'émergence d'Associations locales des usagers de l’eau (ASUFOR) et des petits opérateurs privés dans les zones rurales, a déclaré M. Matar Fall.

Il a noté que “le secteur de l’eau et de l’assainissement du Sénégal est l’un des plus développés en Afrique subsaharienne, puisque le pays a déjà atteint les OMD en eau en milieu urbain et a pris des mesures décisives pour les atteindre en milieu rural”.
En ce qui concerne le cadre institutionnel dans lequel le projet sera mis en œuvre, M. Habib Fétini a estimé que «le Sénégal a une expérience éprouvée dans l'élaboration des réformes et des politiques novatrices dans le secteur de l’eau et de l’assainissement».

A noter qu’en zone rurale, le projet interviendra en particulier dans les régions de Saint Louis, Matam et le département de Bakel.


Papa Mamadou Diéry Diallo

Jeudi 18 Février 2010 - 12:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter