Pourquoi la Pisam a refusé d'opérer Blaise Compaoré: L'ex-président Burkinabé pourrait ne plus marcher

« Mardi 14 juillet, il est environ 4 heures du matin quand arrive à la Polyclinique Sainte Anne-Marie(PISAM) d’Abidjan, un patient pas comme les autres. Il s’agit de l’ancien Président burkinabé, Blaise Compaoré. Les médecins de garde qui le reçoivent s’aperçoivent qu’il est presqu’inconscient.



Ceux qui l’accompagnent expliquent que l’ex homme fort de Ouagadougou aurait fait une vilaine chute dans sa résidence. Branle-bas de combat dans la clinique… Vite, Blaise Compaoré est admis aux urgences où un bilan scannographique est réalisé en urgence pour découvrir le mal dont il souffre. Le résultat laisse les praticiens sans voix. L’ex-homme fort de Ouagadougou souffre d’une double fracture et du bassin et du rachis cervical qui nécessite une intervention chirurgicale immédiate par un spécialiste de ce genre de fractures extrêmement graves. Le spécialiste maison est appelé qui accourt au chevet de l’illustre « mourant ». Mais devant la qualité du patient, la gravité de son cas et son âge quelque peu avancé, le spécialiste émet de nombreuses réserves quant à la décision d’opérer sur place Blaise Compaoré. C’est que le cas de l’ex-Président est trop sérieux : « Fracture du bassin de type C avec rupture de l’arc postérieur, fracture du rachis cervical… »

 

En pareil cas, le risque le plus grave est la compression de la moelle épinière ou la section de certains nerfs. Sans compter qu’une telle fracture (celle du rachis cervical) peut entrainer la mort à tout instant ou provoquer, dans le meilleur des cas, une tétraplégie (paralysie des quatre membres). Devant un tel tableau et malgré le plateau technique de la Pisam, le spécialiste choisit de ne prendre aucun risque et conseille plutôt une évacuation rapide du patient dans un pays européen. Mais quel pays européen voudrait bien accueillir Blaise Compaoré par ces temps où la justice internationale et les ONG de défense des droits de l’homme sont sur les dents ? Que pourrait-il se passer si le séjour médical de Blaise Compaoré devrait durer plusieurs mois ? Vite, les responsables de la Pisam sont réveillés et informés de la situation. A charge pour eux de donner l’information aux autorités ivoiriennes, seules habilitées à décider de ce qu’il convient de faire pour « sauver » le « beau Blaise » mais pas à la Pisam où personne ne veut prendre le risque d’une intervention chirurgicale compliquée.

Les procédures d’évacuation sanitaires sont généralement assez compliquées et peuvent prendre plusieurs jours. Mais ça, c’est pour des personnes ordinaires. Celles qui ont permis l’évacuation de Blaise Compaoré au Maroc ont été bouclées en quelques heures. Au point où dès l’après-midi du mercredi 15 juillet, Blaise Compaoré était en route pour le Maroc. Sur intervention directe de notre Président auprès de sa majesté le roi Mohamed VI afin que le Maroc accepte d’accueillir ce patient quelque peu encombrant. Les relations entre les deux dirigeants étant au beau fixe en ce moment, la chose a été rapidement bouclée. Selon une source proche du Château ivoirien, les autorités de la transition au Burkina auraient été informées de ce qui est arrivé à l’ancien Président. Blaise Compaoré est arrivé au Maroc dans la soirée du mercredi 15 juillet toujours dans un état critique et rapidement hospitalisé dans une clinique de la même dimension que la Pisam où il devrait rapidement subir une double opération


imatin.com

Mercredi 22 Juillet 2015 - 15:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter