Poursuites judiciaires après les terribles révélations du colonel Ndaw : tout entre les mains de Macky ?



Cela ne souffle d’aucune contestation selon l’avocat-député, Me El Hadji Diouf qui invoque une question de niveau dans le cadre de l’affaire convenue d’appeler le scandale de la gendarmerie à l’issue du livre, « Pour l’honneur de la gendarmerie nationale ». En effet, dans le cadre dudit dossier, la Ligue Sénégalaise de Défense des Droits de l’Homme (LSDH) et la Rencontre Africaine de Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) demandent au Procureur de la République de s’autosaisir  sans plus attendre. Mais indique l’avocat, « il y a une question de niveau, la RADDHO a parlé sans tenir compte du droit positif sénégalais, le Procureur ne peut pas convoquer un général », ni « un colonel sans des ordres de poursuites du chef de l’Etat. C’est du droit pur. Il faut que le chef de l’Etat, Macky Sall donne des ordres de poursuites à la justice pour qu’on puisse entendre ces officiers supérieurs ».
 

A ce propos, Me El Hadji Diouf de prévenir le successeur de Wade : « Il doit le faire parce qu’on vient de mettre en examen Sarkozy en France. Nul n’est au dessus de la loi ». Mieux, tance ce dernier, « les accusations » sont « extrêmement graves ». On doit donc selon lui, « déclencher les poursuites, mettre en examen ceux qui sont concernés pour qu’ils se défendent parce que », rappelle l’avocat, « les choses sont d’une gravité extrêmes » et « le fait de ne pas dénoncer un crime, est un délit».


Me Ousmane Seye qui suit son collègue, d’embaucher la même trompette, sans manquer de faire ce terrible constat : « Ce qui se passe dans ce pays, c’est que la justice n’est plus un mythe ; les règles de la procédure judiciaire sont bafouées tous les jours…Avant même le communiqué du conseil des ministres, les décisions sont sur la place publique. Donc, même l’Etat est à terre. On ne peut pas s’émouvoir qu’il y est ces révélations. Cela interpelle chaque sénégalais, sur le plan moral, de l’éthique, notre rapport avec nous-mêmes, l’autre, les institutions… ».


En ce qui concerne le brûlot, le Procureur de la République, charge Me Ousmane Seye, ne doit plus attendre : « Il doit s’autosaisir, ouvrir une enquête pour la prise de mesures conservatoires » car assène-t-il sur les ondes de la Rfm, « vous ne pouvez être mis en cause par quelqu’un qui n’est pas n’importe qui et continuer à exercer une mission pour l’Etat. Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités ».  Toutefois, première chose selon le leader du Front Républicain (FR), « appeler les Sénégalais à l’introspection ». 


Jeudi 17 Juillet 2014 - 15:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter