Poutine: "Il faut arrêter d'intimider la Corée du Nord"

De Pékin, le président russe appelle au retour du dialogue et à la recherche d'une solution pacifique, après le tir de missile nord-coréen.



Poutine: "Il faut arrêter d'intimider la Corée du Nord"
Au lendemain d'un nouveau tir de missile nord-coréen, qui a ravivé les tensions dans la région, Vladimir Poutine était en déplacement en Chine avec un message d'apaisement. Le président russe condamne la manœuvre de Pyongyang, mais appelle surtout à une résolution pacifique. « Nous sommes catégoriquement contre l'élargissement du club des puissances nucléaires, y compris au bénéfice de la Corée du Nord. [...] Nous sommes contre et nous considérons [ce tir] comme contre-productif, nuisible et dangereux », a déclaré Vladimir Poutine, au cours d'une conférence de presse à Pékin. Mais « il faut revenir au dialogue, arrêter d'intimider la Corée du Nord et chercher une solution pacifique à ce problème », a-t-il insisté, semblant indirectement viser les États-Unis.

Pyongyang a tiré dimanche un missile balistique qui a parcouru environ 700 kilomètres, avant de s'abîmer en mer du Japon, selon l'armée sud-coréenne. À la suite de ce tir, le président russe et son homologue chinois Xi Jinping avaient fait ensemble part de leur « préoccupation » quant à « la montée des tensions ». À Moscou, le ministère de la Défense a souligné que ce missile, qui s'est abattu à 500 kilomètres des côtes la Russie, n'avait représenté « aucun danger » pour le pays. Pour autant, le missile est tombé « si près du sol russe [...] que le président [américain Donald Trump] ne peut imaginer que la Russie soit contente », avait commenté Washington dans un communiqué.
Poutine craint une « course aux armements »

Au cours d'un point de presse lundi, en marge du vaste forum diplomatique des Nouvelles Routes de la soie, Vladimir Poutine a néanmoins critiqué les « violations » du droit international susceptibles d'entraîner, selon lui, une « course aux armements ». « Ce que nous voyons ces derniers temps dans le monde, notamment les violations grossières du droit international, l'intrusion sur les territoires des pays étrangers, les changements de régime, etc., tout cela provoque une course aux armements. Il faut renforcer le système des garanties internationales », a-t-il fait valoir.

Vladimir Poutine et Xi Jinping s'étaient entretenus dimanche à l'occasion d'une rencontre bilatérale, puis d'un déjeuner de travail. La Chine avait auparavant fait part de son opposition aux « violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité » et appelé toutes les parties en présence à « la retenue ».

lepoint.fr

Lundi 15 Mai 2017 - 13:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter