Pr Ibrahima Thioub : le parcours d'un homme de vertu à la commande de l'élite universitaire



Pr Ibrahima Thioub : le parcours d'un homme de vertu à la commande de l'élite universitaire
En voila une nouvelle qui va peut-être changer les choses à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). La nomination du professeur d'Histoire moderne, Ibrahima Thioub va changer la tendance et sortir l'université de cette situation de crise qui commence à devenir chronique.

Précédemment Directeur du Centre africain de Recherches sur les Traites et l'Esclavage (CARTE) de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, Pr Thioub est nommé Recteur de l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD), en remplacement du Professeur Saliou NDIAYE.

Né en le 18 juin 1955 à Malicounda, dans le département de Mbour, il fut instituteur à l'école élémentaire Maurice Pilot de Thiès dans les années 1976-1978. Il est passé suite à l'École normale supérieure où il obtient un Certificat d'aptitude à l'enseignement secondaire.

Il a eu sa thèse en 1989 à l'Université Paris 7, avec la mention très honorable. Il a également servi comme professeur d'Histoire-Géographie au Lycée de J-F Kennedy avant d'être assistant au département d'Histoire. Il passe par la suite maître-conférence en suite professeur titulaire.

Sa formation et sa carrière professionnelle sont exemplaires et marquées par une quarantaine de publications. Son travail scientifique lui vaut d'être parmi les universitaires africains les plus respectés à travers le monde. Ibrahima Thioub est décrit par ses pairs comme un homme de conviction, de rigueur aux valeurs intellectuelles incommensurable.

C'est un homme de vertus doublé d'un franc-parler bien en place. Qui ne se souvient pas de sa réplique à Karim Wade qui avait publié une lettre ouverte aux Sénégalais. Professeur Thioub écrivait, « Monsieur le Ministre d'État, Ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Énergie Puisque votre lettre est adressée à tous les Sénégalais, je m'inclus parmi les destinataires et m'autorise à vous répondre. Je sais que nous serons nombreux à sacrifier à cette obligation pour vous rappeler quelques faits concrets dont l'omission enlève à votre missive sa prétention affichée d'être « un message de vérité, de fraternité et de sincérité ». Je vous rappellerai en tout premier lieu que l'omission peut tenir du mensonge ».

Professeur Thioub ajoute, « Je me contente juste de vous parodier pour vous faire comprendre ce qui vous arrive. Jamais dans l'histoire du Sénégal un homme n'aura fait une ascension politique aussi fulgurante dans un parti au pouvoir avec, pour seule et unique référence politique, son élection comme conseiller municipal d'un scrutin perdu par sa coalition. Ce n'est que dans les républiques bananières que l'on voit de telles situations. Dans les « Républiques non abîmées », quand un responsable politique perd les élections locales, il en assume les conséquences ».


Vendredi 1 Août 2014 - 12:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter