Pr Malick Ndiaye: "En fin stratège, Wade a réussi..."



Pr Malick Ndiaye: "En fin stratège, Wade a réussi..."
Le conseiller du président Sall qui dit intervenir comme un professeur à l’université mais pas comme un conseiller de qui que ce soit, ne met pas de gants pour asséner ses vérités dans ce qu’il appelle « le cinéma » servi par le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) qui est resté violent et l’Alliance Pour la République (APR), un corps externe du PDS  qui peine à se muer en parti politique. Du camp présidentiel  en passant par les responsables libéraux, tout le monde en prend pour son grade. Le Professeur Malick Ndiaye semble dire « y’en a marre » de la situation qui perdure autour du retour de Wade. Alors que les priorités sont ailleurs.

 
« Pour moi, il y a une situation que je déplore. Abdoulaye Wade fait partie des grands bâtisseurs de ce pays. Je n’ai pas voté pour lui, tout le monde le sait, j’ai voté pour Diouf. Je l’assume, j’en suis fier mais Wade a construit dans ce pays quelque chose d’essentiel, il a brisé le monopole du Parti Socialiste (PS) sur l’Etat, les institutions. Pour cela même vaincu,…on doit rendre les honneurs à Wade. Et je regrette vraiment que le nom de ce grand panafricain soit associé à des banalités, des bêtises », regrette le professeur qui en rate par ailleurs pas « ceux qui face à Wade déploient l’insulte, la rancœur, le ressentiment, généralement des membres de l’entourage du Président de la République plus spécialement des membres de l’APR ».

 
Selon Malick Ndiaye, « le problème est là, je l’ai posé depuis plusieurs mois, l’APR n’est pas un parti politique constitué. C’est un courant du PDS qui n’a pas réussi malheureusement à faire sa mutation au lendemain du 25 mars et qui se comporte malheureusement exactement comme une espèce de symétrie inversée du PDS qui est un parti violent mais l’APR utilise les méthodes et la culture précisément et se comporte comme un corps PDS externe au PDS, voilà le problème », lance ce dernier qui est d’avis que « l’autorité de l’Etat est en jeu ».

 
Le professeur d’inviter à « une révolution des comportements et des mentalités »  car souligne-t-il, il comprend « ceux qui disent que le président est mal conseillé parce que Macky Sall semble perdre de vue tout le temps ». Le conseiller du président Sall qui pèse tous ses mots, de dire que  « l’autorité de l’Etat, ce n’est pas la même chose que le pouvoir d’Etat ». Un pouvoir d’Etat qui est le policier, le gendarme, le juge ou les institutions ». Ce que « devrait chercher Macky Sall, c’est l’autorité » pour s’atteler à son agenda qui est : le chômage des jeunes. Mais surtout pas « ce cinéma dans lequel les deux tendances du PDS sont en train de divertir le pays, le PDS formel et le PDS externe ».  D’autant plus, conclut le Pr Malick Ndiaye sur les ondes de la Rfm que « le président Wade a le droit, en tant que responsable de parti, de chercher à briguer le pouvoir municipal ». Selon lui, Wade en fin stratège a réussi à mettre en otage le Sénégal où tout le monde attend son arrivée même ses adversaires alors que l’accent devrait être mis aujourd’hui sur les mutuelles d’épargne, les cotisations, la jeunesse, l’emploi, la Casamance…


Jeudi 24 Avril 2014 - 16:49




1.Posté par viridis le 24/04/2014 22:06
bien dit, professeur ! vosu avez eleve le debat, et comment !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter