Pr Ousmane Sène-deux Korité : "Pourquoi ne pas faire cet effort qui nous permettrait de…"

La célébration de la fête de l’Aïd Al Fitr dans la division n’enchante pas Pr Ousmane Sène qui invite les uns et les autres à abandonner la rigidité dans leurs positions qui ne militent pas en faveur de la cohésion au sein de la communauté musulmane sénégalaise.



Pr Ousmane Sène-deux Korité : "Pourquoi ne pas faire cet effort qui nous permettrait de…"
«L’unité absolue est difficile à faire mais je crois que pour les choses simples de la vie qu’on accepte de les faire ensemble». Ces propos sont du Pr Ousmane Sène qui revenait sur la division au sein de la communauté musulmane du Sénégal qui s’est encore une fois matérialisée avec la célébration de deux fêtes de l’Aïd Al Fitr, l’une ce dimanche et l’autre demain lundi.

Le directeur du Centre de recherche Ouest africain (Warc) d’ajouter : «on va voter ensemble le même jour, on va faire pleins d’autres choses ensemble les mêmes jours, pourquoi ne pas faire cet effort qui nous permettrait de nous retrouver, d’aller prier et de faire nos dévotions au grand bonheur de nos enfants qui apprendront en tant que musulman à être ensemble et à créer l’esprit de communion»?

Pr Sène qui participait à l’émission «Remue-ménage» de la RFM d’inviter les uns et les autres à se référer à l’un des  «messages les plus importants du Prophète (PSL)» qui a été de «vivre ensemble, faire les choses ensembles». Car, poursuit-il «la concertation est importante surtout quand on va dépasser tous ces concitoyens pour aller célébrer avec d’autres qui sont dans d’autres territoires».

D’ailleurs, pense l’historien, le fait de vouloir toujours prier avec ceux avec qui on ne partage pas le même territoire peut susciter des interrogations : «la question que l’on peut se poser est est-ce que dans la vie de tous les jours on fait exactement de la même façon avec ces gens-là» ?

Pr Sène de conclure : «Tout ce qu’on fait tous les jours c’est par rapport à nos propres concitoyens. Les autres aussi ont leur manière de faire. Voir la lune là-bas, ce n’est pas nécessairement la voir ici. Je respecte les options et les points de vue des autres, mais cet effort pour que nous soyons ensemble en religion, je crois que c’est une chose très importante».

Ousmane Demba Kane

Dimanche 25 Juin 2017 - 15:48




1.Posté par mayday le 26/06/2017 00:08
Gommer les confréries et on retrouve l'orthodoxie des pratiques cultuelles.
Si on cherche les "DOMOU BADIENE" du Prophète, SAW, Il faut venir au Sénégal où se trouve l'usine de fabrique

2.Posté par Macina le 26/06/2017 14:41
Mon cher professeur en islam on ne parle pas d'État mais de communauté .Faut il vous rappelé que sous l'ère Senghorienne c'est le ministère de l'intérieur qui avait en charge l'information sur l'apparition de la lune,et plusieurs fois les sénégalais ont commencé ou rompu le jeûne parce que la lune était aperçu dans la sous région. La seule différence c'est qu'il y'avait au Sénégal de grand Marabouts comme Baye Mandione à Yoff Seydou Nourou Tall à Dakar El Hadji Abdoul Aziz S'y Dabah à Tivaoune Serigne Fallou Mbacke à Touba Cheikh Sidy Lamine Kounta a Ndiassane Cheikh La Islam Cheikh Ibrahima Niasse à Kaolack et il n'y a jamais eu deux korite parce que ces marabouts appliquaient la Sounah.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter