Premières réactions de Me Abdoulaye Wade sur le rejet de la loi sur la suppression du Sénat,…

L’ex-président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade est certes loin du pays, mais il reste toujours « omniprésent ». Aucune actualité sénégalaise ne l’échappe. Me Wade, selon le journal « L’Observateur », a confié ne pas être surpris par le dénouement de l’examen de la loi sur la suppression du Sénat, de la Vice-présidence, d’une part, et de la prochaine mutation du Conseil économique et social.



Premières réactions de Me Abdoulaye Wade sur le rejet de la loi sur la suppression du Sénat,…
Me Abdoulaye Wade a précisé qu’il n’a jamais été question, à son niveau, de donner une consigne de rejet tendant à un quelconque blocage. Dans le même journal, il ajoute : « seulement, il convient de relever, en toute honnêteté, les motifs avancés pour justifier la suppression du Sénat. La résolution du problème récurent des inondations au Sénégal, ne passera pas par une option conjoncturelle. Maintenant, si l’on y ajoute une torsion de l’option démocratique et de bonne gouvernance que nous avons initié, avec l’actuel Président (Macky Sall) d’ailleurs, cela porte un coup dur à l’élan que nous avions pris dans le sens de parfaire notre système politique de gestion du pays ».

« J’aurais allégrement compris que cette institution ne soit de leur goût, pas pour son goût. Mais sur pression de certains, qu’on veuille remettre en cause aussi facilement des acquis démocratiques, c’est regrettable. En vérité, on ne peut pas être foncièrement contre, puis politiquement réservé, et ensuite brusquement tout à fait pour de soi-disant conclusions des Assises nationales. Cela entraîne un jeu d’équilibrisme entre ses alliés et soi-même, dangereux pour le pays et qui finira tôt ou tard par s’arrêter. Ça ne peut pas durer longtemps ! » prédit Me Wade, entouré de ses partisans dans sa retraite française, selon la même source.

Alassane Bâ (stagiaire)


Lundi 17 Septembre 2012 - 10:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter