Président Sall au sommet de l'Elysée: "Nous sommes dans un tournant historique"



Cette rencontre préparatoire de l’agenda économique du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique est à mon sens une initiative opportune. La paix, la sécurité et le développement économique et social vont de pair et se renforcent mutuellement. Comme partout ailleurs, ce qui fera la prospérité de l’Afrique, ce sont les progrès dans les domaines stratégiques des ressources humaines de qualité, des infrastructures, de l’énergie et de l’agriculture. Ce sont ces secteurs qui, en milieu rural comme urbain, portent la croissance,  favorisent la création d’emplois et  soutiennent la compétitivité.

Je sais, et je m’en félicite, que les discussions en panels ont porté sur ces secteurs prioritaires, et notamment le financement des infrastructures par le partenariat public privé le co-investissement, la sous-traitance, entre autres. La diversification et l’innovation dans la mobilisation des ressources me paraissent essentielles pour répondre aux défis du développement.
 
Nos besoins ne peuvent être entièrement satisfaits par ni l’Etat, ni par le privé, encore moins l’aide publique au développement. Il faut une combinaison des trois pour y arriver. Nous devons investir davantage dans l’éducation, la formation et l’emploi des jeunes ; moderniser l’agriculture ; rendre l’électricité disponible et à des coûts compétitifs, et développer des infrastructures qui stimulent les échanges intra et inter étatiques.

C’est cette vision que porte le NEPAD à travers le Programme pour le Développement des Infrastructures en Afrique, qui contient  51 projets prioritaires à travers le Continent, pour un coût global de 68 milliards de dollars dans la période 2012-2020.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  
Je rappelle que dans sa philosophie, le NEPAD repose moins sur l’aide public au développement que sur l’esprit de partenariat, y compris le partenariat public  privé. Chers Collègues, Mesdames, Messieurs, En Afrique, peut être plus que partout ailleurs, nous sommes pressés par l’ampleur et l’urgence des besoins. Le temps n’est sûrement pas notre meilleur allié. C’est dire l’importance fondamentale que revêt, pour nous, la mise œuvre accélérée des politiques de développement économique et social.

Pour ce faire, il nous faut davantage concilier  les règles de transparence et de bonne gouvernance d’une part, et le souci de  performance d’autre part, pour être sûrs que les projets sont conçus, financés, exécutés et délivrés à temps voulu et selon les normes de  qualité requises. C’est l’esprit même de la gestion axée sur les résultats qui commande cette mutation qualitative dans l’approche des politiques de développement.

Je pense que la Banque Mondiale a pris conscience de ce souci avec le lancement en septembre à dernier New York du réseau d’échange d’expérience sur les meilleures pratiques en la matière. Et comme le souligne à juste titre le Rapport sur le partenariat entre la France et l’Afrique, il y a lieu de prendre la pleine mesure des changements rapides et profonds qui s’opèrent sur le Continent. L’Afrique est en pleine croissance. Elle devient de plus en plus attractive et la compétition y gagne du terrain.
 
Nous sommes dans un tournant historique où près d’un milliard d’Africains constituent un des marchés les plus prometteurs ; un marché suffisamment diversifié et vaste pour s’ouvrir à tous, dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant, sans exclusive.
Cette nouvelle dynamique où l’investissement prend le pas sur l’aide, exige des changements en profondeur : changement dans la perception de l’Afrique et des Africains, changement dans les méthodes, changement dans les mécanismes et outils de coopération et de partenariat.

C’est à ce prix que nous transformerons nos ambitions et possibilités en opportunités mutuellement bénéfiques.


Jeudi 5 Décembre 2013 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter