Présidentielle à Madagascar: un taux d'abstention historique

A Madagascar, la commission électorale indépendante (Cénit) poursuit le comptage des voix de l’élection présidentielle et des législatives. Les résultats provisoires issus des trois quarts des bureaux de vote donnent Hery Rajaonarimampianina vainqueur. Selon les chiffres publiés dans la soirée, le candidat soutenu par l’actuel président de la transition Andry Rajoelina remporte jusqu’à 52% des suffrages face à Robinson Jean Louis, candidat de l’ex-président Marc Ravalomanana. Le résultat définitif sera proclamé en début d’année 2014 par la Cour électorale spéciale après l’examen des requêtes, et il risque d’y en avoir beaucoup. Les différents candidats s’accusent en effet mutuellement de fraudes. Et, fait marquant de cette élection : le fort taux d’abstention qui est monté à 50%. Un des plus élevés dans l’histoire du pays.



Présidentielle à Madagascar: un taux d'abstention historique

Le taux d’abstention n’a jamais été aussi élevé pour une élection présidentielle. De 39% au premier tour, il est passé à presque 50% le 20 décembre selon les chiffres provisoires de la commission électorale indépendante.

Pour Ketakandriana Rafitoson, politologue et membre de la société civile, plusieurs explications sont possibles : il y a la déception pour une partie de l’électorat de voir un nouveau duel entre Rajoelina et Ravalomanana, par candidats interposés ; la confusion aussi, des électeurs face au grand nombre de candidats aux législatives qui peut avoir découragé certains. Et une chose est sure : le calendrier n’était pas favorable. Ketakandriana Rafitoson : « Tout ce qui était prévisible, c’était que, à l’approche des fêtes, le désintérêt serait un peu plus élevé envers la politique ».

« Légitimité populaire »
 
Avec un faible taux de participation, le gagnant de l’élection présidentiel quel qu’il soit, risque de voir sa légitimité contestée. C’est ce que craint la politologue Ketakandriana Rafitoson : « Il sera légitime légalement, mais il y a la légitimité populaire. (...) Si le citoyen ne s’identifie pas à son leader, il va automatiquement le rejeter. Et c’est pour cela que je dis qu’il sera perméable aux manipulations politiques qui peuvent venir des camps extérieurs ».
La tâche sera d’autant plus difficile pour les futurs élus que les accusations de fraudes électorales se multiplient pour les législatives comme pour la présidentielle.


rfi.fr

Samedi 28 Décembre 2013 - 12:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter