Présidentielle algérienne: critiques autour des observateurs étrangers

En Algérie, la presse affirme que le Conseil constitutionnel n’aurait validé que sept dossiers de candidature à la présidentielle sur les 12 déposés. Dimanche, les autorités ont également affirmé que plusieurs groupes d’observateurs internationaux seraient présents lors du scrutin. Une présence qui suscite beaucoup de critiques.



Un policier arrête une manifestante durant un rassemblement à Alger le 6 mars 2014, pour protester contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika pour un 4e mandat présidentiel. REUTERS/Ramzi Boudina
Un policier arrête une manifestante durant un rassemblement à Alger le 6 mars 2014, pour protester contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika pour un 4e mandat présidentiel. REUTERS/Ramzi Boudina

La Ligue arabe, l’Union africaine, l’Organisation de la coopération islamique, l’Union européenne et les Nations unies : ces différents observateurs étrangers seront en Algérie pour suivre l’élection présidentielle. Si la décision a été annoncée hier, dimanche 9 mars, par le ministre des Affaires étrangères algérien, elle n’a pas suscité beaucoup d’intérêtchez les candidats. Interrogées par le journal El Watan, les équipes d’Ali Benflis soulignent que la présence d’observateurs internationaux n’a pas empêché les irrégularités.

Pour les élections législatives de 2012, l’Union européenne, qui avait envoyé 150 observateurs, avait indiqué n’avoir observé aucune irrégularité significative. Pourtant, le chef de la délégation avait regretté que les observateurs n’aient pas eu accès aux listes électorales. Alger avait rétorqué que ce fichier était confidentiel. Or, c’est ce fichier qui concentrait l’essentiel des critiques : certains accusaient les membres des corps militaires d’avoir voté plusieurs fois.

En 2012, les Européens ont demandé à ce que le problème du fichier électoral soit résolu d’ici l’élection présidentielle. Deux ans plus tard, aucune garantie ne leur a été donnée.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 10 Mars 2014 - 10:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter