Présidentielle au Mali: un rapport de force nord-sud entre les deux candidats

La répartition géographique des votes des Maliens en faveur des deux vainqueurs du premier tour de l’élection présidentielle est très marquée : si IBK a fait le plein de voix dans le sud du pays, Soumaïla Cissé a pour sa part obtenu ses meilleurs scores dans le nord, où il dépasse son adversaire dans plusieurs villes.



Présidentielle au Mali: un rapport de force nord-sud entre les deux candidats
Sur la carte du Mali, le constat saute aux yeux : Ibrahim Boubacar Keïta a raflé la mise dans quasiment toutes les circonscriptions du Sud et Soumaïla Cissé dans celles du Nord.

Le Sud, plus peuplé que le Nord, a donc profité à IBK. Il écrase littéralement son adversaire à Bamako, à Kayes, à Kati et à Ségou. Dans les cercles de Koulikoro et de Sikasso, le leader du Rassemblement pour le Mali (RPM) engrange également deux à trois fois plus de voix que son challenger.

Soumaïla Cissé tire son épingle du jeu à Mopti et à Tombouctou, dont il est natif. Il fait également de bons scores dans les cercles de Djenne, de Douentza et de Bourem, où il comptabilise deux à trois fois plus de voix que son rival. Le candidat de l’Union pour la République et la démocratie enregistre des scores quatre voire cinq fois plus élevés qu'IBK dans les cercles de Tenenkou, Youwarou, Niafunké, Goundam et Diré. En revanche, les villes de Gao et de Menaka lui échappent.

Quelle position pour le FDR ?
 

Déjà, les tractations pour le second tour vont bon train. Les partis et les candidats éliminés appartenant au Front du Refus (FDR) - le front antiputsch - resteront-ils unis derrière Soumaïla Cissé, alors que celui-ci devra combler un écart de 20 points ?

Sur le papier, IBK n'est qu'à 11 points de la victoire. Mais en politique, rien n'est joué à l'avance. Il suffit, pour s’en persuader, de rappeler l'issue du premier tour en Guinée, lors duquel Cellou Dallein Diallo avait obtenu 43% des voix et Alpha Condé seulement 18%...


Dépêche

Samedi 3 Août 2013 - 11:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter