Présidentielle au Mali: un second tour sous très haute surveillance

Au Mali, l'un des enjeux du second tour de la présidentielle de ce dimanche 11 août, est de garantir la sécurité des opérations de vote. Près de sept millions d’électeurs sont appelés aux urnes dans tout le pays ; la crainte d'opérations d'éléments jihadistes persiste, notamment dans les régions du Nord. Du coup, un important dispositif de sécurité est en place, avec, en pointe, l’armée malienne et les forces sous drapeau onusien. En soutien, les forces françaises de l’opération Serval.



Présidentielle au Mali: un second tour sous très haute surveillance

Près de sept millions d’électeurs sont appelés aux urnes, pour un vote à l’issue duquel le pays sera enfin doté d’un président élu, après une période de transition de près d’an et demi. Les Maliens doivent choisir aujourd’hui entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé ; les organisateurs du scrutin espèrent une participation  au moins aussi importante qu'au premier tour : il y a deux semaines, près d’un électeur sur deux s’était déplacé, une mobilisation historique.

Mais de telles prévisions nécessitent des moyens de sécurité adéquats, particulièrement dans le Nord. Tombouctou, Gao, Kidal, dans ces principales villes des trois régions du nord du Mali, un dispositif de sécurité est en place. En pointe, l’armée malienne et les forces sous drapeau onusien, et en soutien, les forces françaises de l’opération Serval. Mais pour la sécurisation des opérations de vote, il sera tout à fait possible de voir les trois forces manoeuvrer ensemble sur le terrain.

Sécurité renforcée à Gao

A Kidal et dans sa région, les islamistes qui ont subi d’importants revers, ont du mal à se réorganiser. En revanche dans la région de Gao, nombreux sont les jihadistes qui ont pu disparaître dans la nature. Selon une source sécuritaire régionale, des conversations téléphoniques interceptées confirment leur présence non loin de certaines localités. C’est probablement pourquoi la sécurité est nettement renforcée dans cette région.

Ainsi, des fouilles méticuleuses ont été menées à l'approche du second tour afin de débusquer des combattants jihadistes ou mettre la main sur des caches d’armes. Selon le ministère français de la Défense, près de 170 militaires et une quarantaine de véhicules ont été déployés pendant huit jours.

 


Présidentielle au Mali: un second tour sous très haute surveillance
La principale crainte, ce sont les attentats préparés par des kamikazes. Il y a quelques semaines, dans la région de Tombouctou dans le nord-ouest du pays, les forces de sécurité ont arrêté des personnes qui confectionnaient des tenues militaires avec les drapeaux des pays africains présents sur le terrain dans le nord du Mali. L’astuce était sans doute de faire porter ces tenues par la suite à des kamikazes pour qu’ils pénètrent sans soupons les villes pour commettre des attentats.


Dimanche 11 Août 2013 - 11:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter