Présidentielle au Zimbabwe: Robert Mugabe lance sa campagne et menace la SADC d'un retrait

Vendredi 5 juillet, Robert Mugabe a lancé sa campagne devant un parterre de sympathisants de son parti, la Zanu-PF. Les appelant à se considérer comme des « soldats bien armés », menant bataille contre un « ennemi politique », le président zimbabwéen a menacé de retirer son pays de la SADC, si l'organisation « persistait à faire des choses stupides ».



Robert Mugabe a lancé sa campagne le 5 juillet face à ses supporters. REUTERS/Philimon Bulawayo
Robert Mugabe a lancé sa campagne le 5 juillet face à ses supporters. REUTERS/Philimon Bulawayo

Rien n'est prêt pour des élections crédibles et transparentes, prévues pourtant le 31 juillet prochain. C'est le constat dressé par la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) et repris par le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de Morgan Tsvangirai, adversaire de Mugabe à la prochaine présidentielle.

En cause : l'attitude des médias et des forces de sécurité inféodés à la présidence. L'opposition réclame de plus la révision du fichier électoral.

Mais Robert Mugabe, qui a fait mine un temps de concéder deux semaines  supplémentaires, a pour lui la décision d'une Cour constitutionnelle - aux ordres -, et qui a maintenu la date du 31 juillet qu'il avait lui même fixée. Pour le président zimbabwéen, la SADC n'a qu'à se ranger à la decision  de la Cour.

Selon l'institut zimbabwéen spécialisé sur les questions de droit, le RAU, qui vient de publier un rapport, un million d'electeurs figurant sur le fichier electoral sont morts ou à l'étranger. Près de deux millions de moins de 30 ans n'y figurent pas.

Intimidations et violences

L'autre crainte, ce sont les intimidations et les violences électorales attisées par la Zanu-PF, le parti de Robert Mugabe. En 2008, ces violences avaient fait 200 morts et contraint Morgan Tsvangirai à se retirer de la course. C'est la communauté internationale qui avait forcé Robert Mugabe à le prendre comme Premier ministre.

Les pions se mettent en place dans la même configuration qu'en 2008. Avec des questions : quelle sera l'attitude de la communauté internationale en cas de fraudes ou de violences ? Que fera l'armée, qui avait choisi Mugabe il y a cinq ans, mais qui sait qu'il n'est pas éternel ?

Selon un bon connaisseur du pays, on rejoue la même pièce qu'en 2008 en pariant sur une fin différente. Morgan Tsvangirai, de son côté, lance sa campagne ce dimanche 8 juillet.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Samedi 6 Juillet 2013 - 11:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter