Présidentielle de 2012 : Me Wade « Je ne ferai pas moins que Abdou Diouf »

Le président de la République, Me Abdoulaye Wade, a réaffirmé jeudi à Tivaouane (92 Km de la capitale Dakar), son engagement à tenir « des élections libres et transparentes » et a invité tout vaincu à féliciter le vainqueur de l’élection présidentielle du 26 février prochain.



Présidentielle de 2012 : Me Wade « Je ne ferai pas moins que Abdou Diouf »

« Je ne ferai pas moins que Diouf (président de 1981 à 2000), je vais organiser des élections libres et transparentes, mais tout vaincu devra nécessairement féliciter le vainqueur », a déclaré Me Wade, faisant référence à la présidentielle de 2000 qui l’a porté au pouvoir.

Mais ses adversaires restent convaincus, que cette thèse est « loin d’être une réalité ». Le leader du Mouvement politique et citoyen « Luy Jot Jotna » (Il est urgent d’agir), Dr Cheikh Tidiane Gadio soutient que « Me Wade ne peut ne pas organiser l’élection présidentielle et les perdre ».

Pour lui, il est claire que « Me Abdoulaye Wade est plus que décidé. A partie du moment où Wade a défié la communauté internationale et nationale en faisant valider sa candidature par le Conseil constitution, il ne peut ne pas organiser les élections et les perdre ».

 

Le chef de l’Etat qui s’exprimait lors de sa visite de courtoisie au Khalife général des tidjanes et à la famille d’El Hadji Malick Sy, qui prépare le Maouloud (gamou), prévu samedi, pour commémorer l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (PSL).

« Le Sénégal a une longue tradition d’élections depuis l’époque des Blaise Diagne, Galandou Diouf, Lamine Guèye et Léopold Sédar Senghor et la paix a toujours prévalu malgré les tensions notées par ailleurs », a-t-il indiqué.

« Cette situation que le Sénégal vit à l’approche de l’élection est tout à fait normale au vu des enjeux, mais la paix finira par triompher, grâce à la tenue d’élections transparentes et apaisées, mais aussi aux prières des guides religieux », a assuré le président Wade.

« Je souhaite des élections calmes et transparentes et qu’à l’issue de ce scrutin, celui que les Sénégalais, dans leur majorité, choisiront va gouverner », a notamment dit Me Wade qui est aussi candidat à sa succession.

La campagne électorale sera ouverte ce dimanche. « Tout un chacun voudra décliner son programme pour briguer les suffrages des citoyens, tout en évitant les invectives, les violences verbales ou même physiques et que le meilleur gagne », a-t-il souhaité.



Vendredi 3 Février 2012 - 00:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter