Présidentielle française: Déception pour Nicolas Sarkozy, second avec 25,5 % des voix



Présidentielle française: Déception pour Nicolas Sarkozy, second avec 25,5 % des voix
Nicolas Sarkozy est crédité de 25,5 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 22 avril, selon les estimations de l'institut Ipsos dont nous disposons à 20 heures. Le président-candidat se qualifie pour le second tour mais arrive deuxième derrière le candidat socialiste, François Hollande.

En recueillant 25,5 % des voix, M. Sarkozy obtient un score proche de ceux dont il était crédité dans les intentions de vote d'avant premier tour. Mais le candidat UMP ne parvient pas à rééditer sa performance de 2007 : arriver en tête du premier tour (avec 31,18 %) pour créer une dynamique susceptible de lui donner des chances de l'emporter au second.

Pour atteindre cet objectif, celui qui est candidat à sa réélection sur le thème de "La France forte" était parvenu à éviter toutes les candidatures dissidentes de la droite républicaine, à l'exception de celle de Nicolas Dupont-Aignan. Sa campagne a été marquée par un virage à droite, avec la dénonciation des accords de Schengen et le souhait de diviser par deux l'immigration légale. Son équipe s'est divisée sur la ligne à suivre, entre la tentation de poursuivre une campagne droitière ou amorcer un recentrage dans l'optique du second tour.

Distancé par le candidat PS dans la majorité des sondages de premier tour, effectués avant le 22 avril, le président-candidat est donné perdant au second tour dans toutes les études. Celles-ci donnent François Hollande vainqueur, avec 6 à 8 points d'écart.

Le duel Hollande-Sarkozy s'annonce âpre jusqu'au 6 mai. Le président veut faire mentir les sondages, prétendant qu'une nouvelle campagne s'ouvrira au soir du premier tour. Persuadé qu'il peut prendre l'avantage sur son adversaire lors du débat d'entre-deux tours, le président-candidat souhaitait affronter le candidat PS à deux reprises. Mais ce dernier s'est prononcé jeudi pour un seul grand débat, qui aura lieu le 2 mai. La principale faiblesse de M. Sarkozy pour être réélu réside dans le fait qu'il ne dispose pas de réserves de voix au second tour.
Source: Le Monde


Dimanche 22 Avril 2012 - 20:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter