Présidentielle: les Malgaches toujours dans l'attente des résultats du premier tour

Les Malgaches font devoir faire preuve de patience. Il faudra au moins une semaine pour connaître les résultats du premier tour de la présidentielle, prévient la Commission électorale. Plus de 24 heures après le début du dépouillement, la Cénit a communiqué les chiffres de 500 bureaux de vote sur 20 001, soit une tendance portant sur moins de 3 % des électeurs. Cela n'a pas empêché deux candidats d'évoquer leur présence au second tour : Jean-Louis Robinson, le candidat soutenu par l'ex-président Marc Ravalomanana, et Hery Rajaonarimampianina, par le camp d'Andry Rajoelina. Les deux candidats se sont exprimés hier pour la première fois depuis le début du scrutin.



Présidentielle malgache : le dépouillement des bulletins de vote se poursuit. AFP PHOTO / RIJASOLO
Présidentielle malgache : le dépouillement des bulletins de vote se poursuit. AFP PHOTO / RIJASOLO

Si une intense activité règne dans les locaux de la Cénit,  les estimations partielles sont par contre transmises à la vitesse d'un escargot. Hier soir, plus de 24 heures après la fin du vote, la Commission électorale avait donné les résultats de 510 bureaux de vote ; il y en a 20001 dans le pays. Cela représente 1,5 % des électeurs qui se sont exprimés vendredi.
 

Au sein de la Cénit, on indique vouloir travailler en bonne intelligence, sans précipitation pour garantir la transparence du processus. Les responsables de la Commission ont, pour le moment reçu, via des lignes internet sécurisées, 2000 scans de procès-verbaux, soit 10 % des bureaux, mais il faut du temps pour ensuite les traiter, il y a eu visiblement quelques couacs car certains PV n'ont pas été dressés correctement.
 

 →A (RE)LIRE : Présidentielle malgache: le travail de fourmi de la commission électorale
 

Si cette situation inquiète certains Malgaches, la grande majorité des habitants se disent prêts à patienter. Un étudiant expliquait ainsi : « Nous avons attendu 4 ans, nous pouvons bien perdre une ou deux semaines. La priorité, c'est que tout le monde reste calme. »
 

Les deux principaux candidats se sont exprimés
 

Deux candidats ont pourtant déjà pris la parole. Jean-Louis Robinson d'abord. Et le lieu de son meeting, au Magro, est symbolique. Marc Ravalomanana y possédait un immense magasin, détruit et brûlé en 2009 lors du coup d'Etat. C'est depuis le lieu de rendez-vous de ses sympathisants qui sont désormais des pro-Robinson. Interrogé, l'un d'entre eux déclare : « C’est un docteur. Je crois qu’il va soigner notre pays qui est malade. »
 

Lorsque Robinson monte sur la petite scène en bois, devant plusieurs milliers de personnes, c'est l'ovation. Face la presse, Jean-Louis Robinson affirme être au second tour : « J’ai le décompte des voix. Ce n’est pas encore terminé. Le second tour, je pense que c’est sûr. Dès le premier tour peut-être... ».

Marc Ravalomanana, qui vit en exil en Afrique du Sud depuis plus de quatre ans, a d'ailleurs appelé ses partisans à se mobiliser autour de Robinson pour le second tour. Un message de l'ancien président a été diffusé hier pendant le meeting de son candidat.
 

Le candidat du camp Rajoelina
 

Changement de décor et d'ambiance, à quelques rues de la fête de Robinson, le QG d'Hery Rajaonarimampianina. Quelques 4X4 devant l'entrée, à l'intérieur pas un chat. Le candidat reçoit seul dans son bureau. Première question : pensez-vous être au second tour ? « Je ne peux encore le dire. C’est à un niveau relativement acceptable », répond-il.

Alors que Jean-Louis Robinson est porté par Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina indique de son côté que le président de la transition, Andry Rajoelina, ne l’a pas encore appelé.

Source : Rfi.fr
 


Dépéche

Dimanche 27 Octobre 2013 - 09:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter