Présidentielle malgache: la question du report des voix

A Madagascar, selon la Commission électorale, on aura vraisemblablement les résultats provisoires définitifs du premier tour de la présidentielle ce jeudi 7 novembre, soit avec un jour d'avance sur la date initialement fixée. Le taux de participation reste stable à 61,7%. Les candidats présents au second tour seront Robinson Jean-Louis, soutenu par l'ex-président Marc Ravalomanana, et Hery Rajaonarimampianina, soutenu quasi officiellement par le président de la transition. Un duel par procuration Marc Ravalomanana – Andry Rajoelina semble donc se confirmer dans cette élection, avec en théorie, un report de voix favorable au régime de transition.



Le 1er tour de l'élection présidentielle malgache s'est tenu le 25 octobre 2013. Les résultats définitifs du 1er tour devraient être connus ce jeudi 7 novembre. REUTERS/Thomas Mukoya
Le 1er tour de l'élection présidentielle malgache s'est tenu le 25 octobre 2013. Les résultats définitifs du 1er tour devraient être connus ce jeudi 7 novembre. REUTERS/Thomas Mukoya
Quatre des cinq candidats arrivés en tête du premier tour, dont le deuxième, ont fait partie du régime de transition. Seul le candidat arrivé premier, Robinson Jean-Louis, est soutenu par l'ancien président Marc Ravalomanana. La logique voudrait donc que toutes les voix pro-transition se rabattent vers le candidat arrivé deuxième, Hery Rajaonarimampianina, ce qui le mettrait dans une position très favorable.
 
Pourtant, existe-t-il une notion de report des voix à Madagascar ? Pas si sûr, à en croire Serge Zafimahova, ancien président du club Ethique et Développement, et engagé à titre personnel pour Robinson Jean-Louis : « Le report des voix n'est pas une pratique courante à Madagascar, n'est pas une pratique politique. Le choix du second tour va se faire sur d'autres critères. »
 
Quels sont ces critères ? Selon Sahondra Rabenarivo, membre de l'Observatoire de la vie publique le Sefafi, jointe par RFI : « A Madagascar on vote pour une personne, et non pour un programme. Il y a aussi un vote ethnique et une absence de discipline de parti. Le report des voix n'est pas automatique. »
 
Enfin dernière question : pourquoi les électeurs ont choisi de rejouer la partie de 2009, et un affrontement par procuration entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Sahondra Rabenarivo répond : « Il n'y a pas de troisième homme qui a émergé pendant cette transition. Et c'est ça qui est dommage. »
Les résultats provisoires définitifs de ce premier tour sont attendus ce jeudi.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Jeudi 7 Novembre 2013 - 11:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter