Presse: Me Wade va saisir l’Assemblée Nationale pour suspendre les poursuites fiscales en cours



Presse: Me Wade va saisir l’Assemblée Nationale pour suspendre les poursuites fiscales en cours
Le Chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade qui a reçu ce vendredi le Conseil des Diffuseurs et Editeurs de Presse du Sénégal (CDEPS), veut une suspension des poursuites fiscales contre les entreprises de presse au Sénégal. Et pour ce, il a décidé de saisir l’Assemblée nationale afin d’accorder au secteur de la presse une amnistie fiscale. ‘’Je vais saisir l’Assemblée nationale d’un projet de loi pour l’amnistie des sommes de la dette fiscale des entreprises de presse en cours. L’Assemblée statuera sur cette question’’ a-t-il confié à nos confrères de l’Aps.
Me Wade tient «à ce que l’aide qui a été promise soit effectuée comme cela a été voté, par respect de la loi». Pour lui, si chaque année, l’Etat doit aider la presse jusqu’à hauteur de 700 millions de francs CFA, il faut que cela soit fait’’.
Selon la même source, le Président de la République a fait savoir que le gouvernement doit d’abord commencer par respecter les textes et les promesses.


Samedi 13 Août 2011 - 11:24




1.Posté par ras diogomaye le 14/08/2011 22:07
Pourquoi une aide à la presse ? et où est l'aide aux ouvriers ,aux paysans;aux artistes faudrait il encourager à des incapables d' inserer les rangs de structures médiatiques pour ensuite recruter des faux journalistes qui passent toujours à côté de leurs missions. et encourager ls arriérés de salaire des personnels médiatiques
nous voulons de l'équilibre dans ce pays. Celui qui doit payer n'a qu'à payer le peuple .Des avantages pour certains qu'on ne retrouve pas chez les autres est une injustice monumentale. Il faut corriger cet erreur d'inégalité sociale qui sévit dans ce pays.Des faveurs de terrains augmentation de salaire,prise en charge ... la charge financière des députés,ministres, sénateurs ect.... et rien et rien du tout pour la basse classe (les paysans cultivateurs,les ouvriers,les éleveurs et pêcheurs. n'ont ils pas droit au logement les crédits banquaires . mais où sont les conditions qui garantissent à un non embauchés de disposer de ces avantages ou bien ce sont des sénégalais non sénégalais.
Les ouvriers et les paysans veulent aussi des logements et des avantages et n'ont pas de salaire à la fin du mois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter