Prévention de la violence électorale au Sénégal : APPEL pose le premier acte

La violence électorale n’est pas indifférente à l’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL). Préoccupée par cette « élection de tous les dangers », l’APPEL qui se veut prévenante et non guérisseuse a organisé ce samedi un forum pour permettre la discussion entre les différents protagonistes, afin d’aspirer ensemble à une période électorale apaisée. Partis au pouvoir, opposition, forum civil et la presse ont pris part à cette rencontre qui a pour thème « Germes et Conséquences de la violence électorale : Rôle et Responsable des médias et des politiques ».



Prévention de la violence électorale au Sénégal : APPEL pose le premier acte
Créée en février 2011, la presse en ligne qui occupe actuellement une place importante dans le lectorat sénégalais, a organisé cette conférence, en vue des germes de la violence sur la présidentielle de 2012, selon son président Ibrahima Lissa Faye.


En Afrique, où l’élection rime avec violence, le professeur Ismaila Madior Fall n’a pas manqué d’expliquer dans cette rencontre les causes liées à cela. « L’élection est une fonction de légitimation, une fonction ludique ou festive (fête de la démocratie), mais quand on parle d’élection, on pense au chaos », a remarqué le constitutionnaliste. Toutefois, même s’il se montre optimiste pour une présidentielle sénégalaise modérée, en s’interrogeant« peut-on avoir des élections violentes dans un pays qui vote depuis des décennies ? », Ismaila Madior Fall renseigne toutefois que ce ne sont pas les protestations qui sont graves dans une élection, mais plutôt le manque d’instance de recours. A cet effet, il avertit que les problèmes d’accord sur les règles du jeu, les rumeurs destructrices et non fondées peuvent inciter à la violence.


Le journaliste Tidiane Kassé qui a également pris part à cette conférence a interpellé ses collègues dans plusieurs points déterminants dans la lutte contre la violence. Tout en rappelant que « l’évènement le plus violent de l’histoire du Sénégal est le conflit sénégalo-mauritanien et non une élection », le directeur de publication des rédactions de Walfadjri a exhorté les journalistes à contribuer à la transparence et écarter l’exaspération de la violence, en évitant la banalisation de la violence dans les médias, mais aussi en faisant preuve d’aptitude à gérer et à traiter l’information en toute responsabilité. M. Kassé d’enseigner en ce sens que le rôle du journaliste est loin d’être celui d’un simple vecteur. Toutefois, il n’a pas oublié de remarquer la violence de l’Etat face aux médias. « L’accaparement des médias au lieu de les renforcer » est une favorisation de la violence selon Tidiane Kassé.


La présidente du mouvement Car Leneen, Amsatou Sow Sidibé parle d’ « élection de tous les dangers ». La candidate à la présidentielle a souligné au cours de cette rencontre, de nombreuses frustrations qui peuvent pousser à la violence, avant de magnifier cette initiative de culture de la paix par l’APPEL.


Le ministre du tourisme Thierno Lô qui a participé à cette conférence se dit préoccupé par ce thème. Néanmoins il soutient qu’ « on n’a rien à reprocher aux politiques, mais plutôt à la presse ». Thierno Lô a également fustigé des comportements anti-déontologiques et anti-éthiques.


Cependant le journaliste Cheikh Yérim Seck, par ailleurs membre de l’APPEL, comme pour répondre au ministre dira que « dès que le pouvoir de Wade est venu, ils ont détruit tous les médias qu’ils n’ont pas pu acheter », en illustrant par des dérives du défunt média d’Etat « Il est midi ».


Moins optimistes quant à des élections apaisées, « les germes de violence sont d’une abondance manifeste », affirme le consultant politique Alioune Fall qui a en plus remarqué d’autres formes initiales de la violence. « La prolifération des salles de musculation, lieu de fabrication de gros bras et l’attitude de certains responsables politiques de la mouvance présidentielle » constituent selon lui des germes de la violence à ne pas sous-estimer.


D’une manière générale, tous sont convaincus que cette conférence organisée par l’APPEL constitue le premier acte de lutte contre la violence pour la présidentielle de 2012. Toutefois, la polémique sur la recevabilité ou non de la candidature d’Abdoulaye Wade constitue pour bon nombre de participants à cette rencontre, le risque le plus patant.
 


Dimanche 4 Décembre 2011 - 15:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter