Prise d'otages en Algérie: mise en garde des Etats-Unis, polémique au Japon

Alors que les détails sur l'opération menée par l'armée algérienne sur le site gazier d'In Amenas restent difficiles à obtenir, les Etats-Unis et le Japon mettent l’Algérie en garde : « Il faut préserver la vie des otages ». Une déclaration faite depuis Washington, où la secrétaire d’Etat Hillary Clinton recevait son homologue japonais.



Hillary Clinton et son homologue japonais Fumio Kishida, le 18 janvier à Washington. REUTERS/Gary Cameron
Hillary Clinton et son homologue japonais Fumio Kishida, le 18 janvier à Washington. REUTERS/Gary Cameron
La porte-parole du département d’Etat le dit et le répète ce vendredi pendant son point de presse quotidien : « Les Etats-Unis ne négocient pas avec les terroristes ». Pour autant, Washington s’agace de l’attitude du gouvernement algérien et Hillary Clinton s’inquiète des conséquences de l’opération menée sur le site gazier d'In Amenas en Algérie.

Ainsi, dit-elle, « lorsque j’ai à nouveau parlé avec le Premier ministre (algérien), je l’ai exhorté à faire preuve d’une extrême précaution pour sauver la vie des otages, algériens et expatriés. Il m’a clairement fait comprendre que l’opération se poursuivait, que les otages étaient encore en danger à plus d’un titre mais je n’en dirai pas plus afin de préserver leur sécurité ».

La secrétaire d’Etat américaine reste tout de même prudente : « N’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’un acte terroriste » rappelle Mme Clinton. Un Américain a été tué lors de l’assaut. D’autres sont toujours retenus en otage sur le site gazier d'In Amenas.

La polémique au Japon

A Tokyo, Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a participé ce samedi matin à Tokyo à une réunion de crise sur la prise d'otages en Algérie. Une action qu'il a qualifiée « d'extrêmement ignoble ». « Nous ne pourrons jamais pardonner », a-t-il conclu.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a beau qualifié d’« ignoble » cette prise d’otages, le président de la société d’ingénierie japonaise JGC, qui a construit dans le Sahara algérien le site gazier attaqué par des militants islamistes, sait qu’il n’a rien à attendre du gouvernement de son pays. Koichi Kawana est parti pour Alger afin de confirmer la sécurité de près d’une centaine de ses employés de toute nationalité, pris en otage sur le site gazier.

Si Shinzo Abe ajoute que le Japon ne pardonnera jamais, c’est qu’il sait que son gouvernement est totalement dépassé par les événements, qu’il ne peut pas négocier éventuellement le paiement d’une rançon pour sauver la vie des otages travaillant pour la société japonaise, selon les médias japonais.

Le vice-Premier ministre, Taro Aso, déclare que le Japon n’est pas le seul pays concerné par cette affaire. Il ne peut pas prendre de décision seul : le Japon sous-traite toujours la prise de ses otages aux Etats-Unis.

Un ancien secrétaire général du gouvernement japonais, Nobuteru Ishihara, affirme que « rien n’a changé depuis la première guerre du Golfe ». Le Japon est toujours incapable d’obtenir des informations fiables sur le Moyen-Orient et démontre toujours la même incompétence à gérer des crises où la vie de ses ressortissants est en jeu.
Source: RFI

Dépêche

Samedi 19 Janvier 2013 - 12:27


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter