Privilèges pour les médias d’Etat : Macky déjà comme Wade ?

En tant que nouveau Président de la République du Sénégal, Macky Sall ôte son manteau pour porter celui du premier magistrat du Pays. Sa sécurité devient une affaire d’Etat. Tous les observateurs bien informés sont convaincus que ce changement de statut est tout à fait normal. Mais la seule inquiétude qui persiste est et reste la situation de la presse face à la République. Par exemple, chez le nouvel homme fort du pays, seuls les journalistes de la RTS et du journal national « Le Soleil » sont autorisés.



Privilèges pour les médias d’Etat : Macky déjà comme Wade ?
Sorti largement vainqueur à l'issue du scrutin présidentiel de février 2012, le leader de la coalition Benno bokk yaakaar succède Abdoulaye Wade à la tête de l'État du Sénégal. Du coup, Macky Sall n'est plus l'homme ordinaire qu'il était avant le 25 mars et chez qui l'accès était facile. Sa sécurité devient désormais une affaire d'État, gérée par les éléments de la Bip et la gendarmerie nationale, ce qui est tout à fait normal.
 
Ce pick-up rempli d'éléments de la gendarmerie et autres véhicules d'éléments de la Bip garés depuis mercredi dernier sur la devanture de sa maison sise à Mermoz à Dakar. Ici, les entrées et sorties ici, sont désormais filtrées. Il n’y a que certains responsables de l'Apr ou de l'opposition qui ont accès à l'intérieur.
 
Concernant la presse sénégalaise, seuls les journalistes de la Rts et du Soleil (médias d'État) sont autorisés à entrer. Cela augure-t-il la rupture tant espérée d'avec cette pratique digne de l'ancien régime libéral ? En tout état de cause, l'avenir nous édifiera.
 
Avec le Journal « Enquête »


Vendredi 30 Mars 2012 - 14:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter