Prix du carburant: Gora Khouma et Cie minimisent la baisse et campent sur leurs positions de grève

Le Conseil des ministres tenu ce mercredi 13 janvier 2016 s’est réjoui de la baisse, à compter du samedi 15 janvier 2016 du prix du carburant (50 F CFA sur le Gasoil et 40 F CFA sur le Super), annoncée par le ministre de l’Energie et du Développement des Energies renouvelables dans le cadre de sa communication. Ce qui n’est pas le cas du syndicat des travailleurs des transports routiers du Sénégal (Sttrs) affilié à la Cnts/Fc. Alors là pas du tout. Joint par Pressafrik.com, le secrétaire général du syndicat, Gora Khouma qui déclare cette baisse « insuffisante », campe sur sa position de grève. Les syndicalistes ont déposé un préavis de grève au niveau du ministère des transports pour les 1, 2 et 3 février 2016.



Prix du carburant: Gora Khouma et Cie minimisent la baisse et campent sur leurs positions de grève
«C’est insuffisant ». Pis, « C’est rien du tout ». Telle est la réaction de Gora Khouma au téléphone de Pressafrik.com sur la baisse du prix du carburant, à compter de ce samedi. «Le prix du baril coûte maintenant moins de 30 dollars ; si nous faisons la comparaison lorsque le président sortant Wade tandis que le prix était à 800 F CFA, le baril  était à 40 dollars maintenant le baril est aujourd’hui à moins de 30 dollars, le litre du gasoil ne devait pas dépasser au moins 550 F CFA », décline le Secrétaire général du STTRS qui campe ainsi sur sa position de grève. Rappeler que Gora Khouma et Cie ont déposé un préavis de grève au niveau du ministère des transports pour les 1, 2 et 3 février pour réclamer «une baisse considérable du prix du carburant puisque le baril de pétrole a chuté et cela n’a jusqu’à présent pas eu des conséquences sur les prix à la consommation ».
 
Entre autres points soulevé dans leur préavis de grève, il est question de la réduction du prix du carburant, le refus catégorique de l’installation du permis à point,… «Nous campons sur notre position», déclare Gora Khouma. «Le candidat à la présidentielle (Macky Sall, il nous avait dit de voter pour lui et s’il devenait président, il alignerait le prix du carburant à celui pratiqué ou bien moins au Mali. Il doit respecter sa parole. On a voté pour lui parce que le carburant nous coûtait cher…Il est président et il ne veut même pas réagir », déplore le syndicaliste. 


Jeudi 14 Janvier 2016 - 10:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter