Procès Habré: le ton monte entre le Parquet général et les avocats commis d’office



A l’audience de ce vendredi du procès d’Habré, c’est le ballet des experts qui se poursuit. Ce, après l’audition de l’expert Arnaud Dingammadji sur son rapport concernant le contexte historique du Tchad. Ce matin, ce sera au tour de Patrick Ball. Résident aux Etats-Unis, l’expert sera entendu sur le taux de mortalité dans les centres de détention. Il faut préciser que l’audition de ce témoin était programmée depuis ce mercredi 16 septembre. Pour ce 18 septembre, Awada Guéderké Ali devait être entendue sur les tortures et actes inhumains dans les centres de détention.  Et Babacar Justin Ndiaye, politologue programmé à la date du 10 septembre, ne s’est toujours pas présenté à la barre. Un chamboulement au niveau du passage des témoins qui n’est pas du tout pour plaire aux avocats commis d’office qui n’ont pas manqué de se faire entendre.
 

Avant la suspension de l’audience, ce jeudi, le président des CAE (Chambres Africaines Extraordinaires) s’est tourné vers le Procureur général pour le prochain témoin sur la liste. Mbacké Fall décline le nom de Patrick Ball. Me Ballal du côté des avocats commis réclame la parole en disant qu’il a «reçu un calendrier toiletté en date du 7 septembre 2015 » et que Patrick Ball n’était pas au programme. De leur côté, souligne la robe noire, ils attendaient plutôt Bandjim Bandoum de la commission rogatoire internationale de France). Dès lors, le conseil veut savoir si c’est «le ministère public qui organise le déroulement du procès ». La réplique ne tarde pas du côté du Parquet général. Mbacké Fall recadre Me Ballal en lui assénant que le Parquet enrôle mais qu’en dernier lieu, c’est la chambre qui décide. Et ce qu’il y a, martèle le Procureur général : «le calendrier dit prévisionnel peut être chamboulé au gré des vols et des annulations». Intervenant pour garder la sérénité des débats, le président Kam dira au Procureur général que «lorsqu’il y a une modification, toutes les parties doivent en être informées». «La programmation appartient à la chambre», rétorquera le président à Me Ballal. 


Jeudi 17 Septembre 2015 - 23:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter