Procès Karim- Plaidoiries : Me El Hadji Diouf solde ses comptes et tout le monde en prend pour son grade...

Les plaidoiries ont commencé ce matin dans le cadre du procès Karim Wade. Toujours absent de son procès qu'il a boycotté, Wade fils occupe malgré tout les débats. Mais le clou de l'audience a été l'intervention de Me El Hadji Diouf. Avec ses frasques dont il est le seul à détenir le secret, il n'a épargné personne. De la presse, aux médecins en passant par les droits de l'hommistes tout le monde en a eu pour son grade.



Procès Karim- Plaidoiries : Me El Hadji Diouf solde ses comptes et tout le monde en prend pour son grade...
« Dans ce procès, on ne veut pas de preuves. On demande à Karim Wade de justifier l'origine licite de sa fortune. Moi qui vous parle, je ne suis pas contre Karim Wade, car j'aime son père. Mais ces ignares se sont déplacés de la banlieue pour m'agresser. Je ne les en veux pas. Ils sont transportés de la banlieue pour venir ici. Ces gens du Pds sont des agresseurs, ils sont violences, des terroristes » fulmine Me El Hadji Diouf.

Comme si cela ne suffisait pas à venger son agression, il poursuit en lançant, « Ceux qui sont dans la salle, ce n'est pas le Sénégal. Ce sont des gens transportés pour venir assister à l'audience. Ils sont rattrapés par la faim et la misère. Ils n'ont rien. J'ai pitié d'eux ». Dans la même veine, il lance une pique envers les défenseurs des droits de l'homme. « Il y en a qui ont été toujours contre le régime de Macky Sall. Ils se reconnaissent ses pseudo-droits de l'hommistes. Ils sont des malhonnêtes » soutient-il au passage.

C'est par la suite qu'il se tourne vers les prévenus pour les démonter un à un dans le style que lui seul sait faire. Selon lui Karim Wade a fui lassant sa défense entre les mains de Pape Mamadou Pouye puisque c'est le génie par rapport aux cancres. « Mais ils sont mal barrés » soutient-il.

Mais celui qu'il supporte moins est sans doute Ibrahim Aboukhalil « le plus dangereux de la bande, c'est Bibo. Il rêve, il est dans un autre monde. Il a même inventé une maladie imaginaire » lance l'avocat du peuple comme il se nomme. Il va même jusqu'à renseigner la Cour sur les sanctions qu'il risquait dans d'autres cieux. « Si c'était en Iran ont l'aurait fusillé, c'est un voleur, un méchant » fulmine Me El Hadji Diouf.

Me El Hadji Diouf n'a pas non plus raté les médecins qui étaient chargés d'établir le diagnostic médical de Bibo au moment où il était malade. Selon « l'avocat du peuple », le médecin a outre passé ses prérogatives et qu'il était payé pour dire que Bibo risquait de mourir alors qu'il n'avait rien ».


Mardi 17 Février 2015 - 00:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter