Procès Karim Wade : La mésaventure de Mbaye Ndiaye aux ADS et le « vengeance » de Mor Ngom



Dans l'interrogatoire de la partie civile, Mbaye Ndiaye a soutenu qu'il ne savait pas ce qui fait devant la Cour. Selon lui, « C'est l'Agent comptable des ADS, Boubacar Konaté qui a fait un emprunt d'un milliard sans qui soit au courant de ce prêt ».

Me Pape Leyty Ndiaye a voulu savoir si c'est juste que celui qui a signé la convention de prêt bénéficie d'un non-lieu alors que M. Mbaye Ndiaye qui n'a rien avoir avec cet argent reste en prison. « J'ai vécu cette situation dans ma chair », renseigne Mbaye Ndiaye. Pour ce qui est son sentiment suite à ces différentes péripéties, Mbaye Ndiaye dit préférer le taire pour respect à la Cour et à l'assistance.

Revenant sur la lettre de Karim Wade, les avocats de la partie civile, ont fait remarquer que c'est comme si le ministre dans sa lettre avait décidé de transférer les activités des ADS, une structure de l'Etat vers une société privée. « Je suis un fonctionnaire de l'Etat à qui son ministre de tutelle demande d'exécuter un programme. On n'avait aucune relation extra professionnelle », Mbaye Ndiaye ancien Dg des ADS.

Lorsque l'avocat de Karim Wade, Me El Hadji Amadou Sall tenté de chercher avec son interrogatoire en quoi Mbaye Ndiaye à participer à enrichir son client. Finalement dans tous les biens reprochés à Karim Wade, Me Sall n'a rien trouvé qui pouvait faire un lien quelconque entre Karim Wade et l'ancien Dg des ADS.

Répondant à Me Borso Pouye qui posait la question, « Comment vous avez été relevé des vos fonctions ? ». « Au niveau des Ads, j'avais un fonctionnaire du nom de Mor Ngom et pendant qu'il est resté 4 ans sans travailler, c'est l'Ads qui payer son salaire. Une fois devenu mon ministre de tutelle, il convoque une réunion avec les directeurs généraux pour engueuler. Arrivant à mon tour, il me dit « J'ai fait le tour de l'aéroport, mais rien ne marche, il y a des rats partout », en plus, il me crie dessus et je lui réponds que je ne lui permets pas. C'est par la suite qu'il me dit que j'aurais affaire à lui. La semaine suivant on m'a relevé de mes fonctions.


Lundi 8 Septembre 2014 - 20:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter