Procès : Karim Wade se paye la tête de la Cour et les avocats s'emportent...



Procès : Karim Wade se paye la tête de la Cour et les avocats s'emportent...
Le procès de Karim Wade va encore rester sur le mémoire, ne serait-ce que pour ses coulisses. En plus de sa déclaration devant la barre pour dire que " sa candidature pour 2017 hante le sommeil du Chef de l'Etat Macky Sall ", le plus amusant dans tous ça, est arrivé lorsque le juge a commencé à poser des questions à Karim Wade. Ceux qui s'attendaient aux débats vifs et passionnants ont vite déchanté, car, Karim a révelé une autre facette. En effet, devant les questions de la Cour et du parquet spécial, Karim est resté pratiquement silencieux.

Il s'est pratiquement joué de la Cour car la seule chose qui sortait de sa bouche est : « Je ne répondrais pas à vos questions tant que M. Ibrahim Aboukhalil Bourgi n'est pas guéri et en mesure de comparaitre ». Selon Karim Wade, les conditions d'un procès ne sont pas réunit, pour qu'il soit équitable, juste, contradictoire et exemplaire. Les 90%  du patrimoine qui m'est attribué concernent M. Bourgi, donc laissons le, se soigner et revenir et on va s'expliquait sur les questions concernant le dossier.

Karim Wade a même donné à la Cour un semblant de leçons démocratique. « Ce procès est, ridiculise et insulte la justice Sénégalaise. J'aimerais qu'on arrête ce simulacre qui n'honore pas votre Cour, cette parodie de Justice. Vous-même, vous êtes d'éminent magistrat Alors que cela fait 2 ans que mes droits sont piétinés. J'en appelle à votre raison les Sénégalais veulent la vérité, attendons le retour de Bibo Bourgi pour s'expliquer sur la vérité », rétorque Karim Wade à la Cour.

Il demande ensuite à ce que ses avocats puissent prendre la parole. Devant le refus du juge, les avocats de la défense se sont levés pour interrompre l'interrogatoire de la cour à laquelle Karim ne répondait plus leur client qui était muet comme une carpe devant le parquet spécial. Mais le président de la Cour s'est catégoriquement opposé à l'intervention des avocats. Ainsi, ils se sont succédés au prétoire pour exiger la parole au nom de la défense. « L'avocat d'ailleurs n'a qu'à se taire, car il n'a pas la parole », lance Henri Grégoire aux conseils de la défense.

Au moment où les avocats de la partie civile s'apprêtaient à prendre la parole pour interroger le prévenu Karim Wade, ce dernier est remonté au créneau pour rappeler au juge qu'il ne va non plus répondre aux questions de la partie civile. Mais Me moussa Felix Sow lui se demande pourquoi, il ne veut pas répondre en l'absence de Bibo Bourgi alors qu'il a fait une déclaration liminaire en son absence. Yerim Sow qui représente la partie civile est lui aussi passé par la Cour pour demander à Karim Wade qui souhaite se présenter au Présidentielle de 2017, s'il savait qu'un binational ne peut pas se présenter pour être président de la République.


Mardi 2 Septembre 2014 - 20:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter