Procès: Pierre Agboba innocente Karim de l'actionnariat des AHS de la sous-région



Procès: Pierre Agboba innocente Karim de l'actionnariat des AHS de la sous-région
Dans cette 17 éme audiences du procès de Karim Wade de ce jeudi, les interrogatoires se sont poursuivis avec M. Pierre Agboba. Après avoir rappelé sa mission de consultance et d'expertise pour le démarrage d'Ahs Sénégal, M. Agboba a aussi donné le rôle qui lui a été confié de prospecter la sous-région dans le but de la création d'autres sociétés. C'est Ainsi que M Pierre Agboba a affirmé devant la Cour avoir participé à la mise en place des Ahs au Bénin, Niger, Guinée Bissau et la République Centrafricaine.


C'est sur la connaissance des actes constitutifs de ses différentes sociétés que Me El Hadji Amadou Sall s'est appesanti pour lui demander s'il peut affirmer que Karim Wade était actionnaire dans ces structures. « Je peux vous confirmer que Karim Wade n'est pas actionnaire dans les sociétés AHS de la Sous-région que j'ai créé ». Répondant au Procureur spécial prés de la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI) qui n'appréciait pas certains de ses commentaires, Me Sall s'est encore appuyé sur le cousinage à plaisanterie pour descendre Alioune Ndao. Dans un ton humoristique, Me Sall lance, « le procureur spécial veut créer un incident, mais puisque c'est mon esclave préféré, je lui pardonne ».


D'ailleurs, cette affirmation semblait apporter beaucoup de satisfaction aux partisans de Karim Wade qui était présent dans la salle d'audience. Ils n'ont pas manqué de le manifester dans une clameur qui a rompu le silence de la salle d'audience. La sentence de tarde pas. Le Président Henri Grégoire Diop ordonne l'exclusion des personnes identifiées dans ce brouhaha. Mais, il faut dire que le présumé complice de Karim dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis, a précisé ne rien savoir de la création d'Ahs Sénégal qui existait déjà à son arrivée en janvier 2003.


Terminant son interrogatoire, Me El Hadji Amadou Sall, avec la témérité qu'on lui connait, est revenu à la charge pour faire remarquer les insuffisances de preuves en l'encontre de son client et de M. Agboba accusé de complicité. « Je suis scandalisé, excusez-moi de vous le dire ainsi Monsieur Agboba. Votre place n'est pas ici. Vous n'avez rien à faire à la barre », lance Me Sall Comme pour disculper ce dernier des charges qui pèsent sur lui.


Vendredi 12 Septembre 2014 - 10:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter