Procès Tahibou Ndiaye : Les accusations du Procureur spécial.

Le procès de Tahibou Ndiaye se poursuit aujourd’hui avec le procureur Cheikh Tidjane Mara et Cie qui continuent de mettre la pression sur l’ancien directeur général du cadastre.



Procès Tahibou Ndiaye : Les accusations du Procureur spécial.
Cheikh Tidjane Mara ne s’est pas montré tendre avec l’ancien directeur général du cadastre. Selon lui, Tahibou Ndiaye s’est servi de son épouse et de ses deux filles adoptives comme prête-nom pour éviter que lui, n’apparaisse sur les papiers des immeubles et terrains, dont il serait le véritable propriétaire
Cheikh Tidiane Mara a rappelé à la cour que Tahibou Ndiaye avait déclaré avoir mis le nom de Mohamed Lamine Thiam, un de ses fils adoptives, sur un immeuble qui est l’héritage du père biologique de ce dernier, alors qu’il y avait 9 autres personnes qui avaient droit à cet héritage. Ce qui est illogique selon le procureur spécial».

Le procureur rappelle à la cour un fait qui est similaire concernant cette affaire, quand l’ancien directeur du cadastre avait déclaré que les deux immeubles qu’il avait attribué à ses deux filles adoptives n Ndèye Rokhaya Thiam et Mame Fatou Thiam découlaient en réalité des recettes générées par le premier immeuble.

Les baux que Tahibou Ndiaye s’est octroyé sur des sites tels qu’Almadies, Ngor, Ouakam, Mermoz Pyrotechnie, Mermoz. Au total Tahibou Ndiaye dispose de 55 000 m² si on cumule les deux terrains qu’il a obtenus à Diamniadio et à Noflaye, selon Cheikh Tidjane Mara.

Le procureur a tenu aussi à apporter des précisions sur la Cour de répression de l’enrichissement illicite : «La Crei n’a pas été supprimée en 1984», déclare-t-il, comme pour répondre à Me Doudou Ndoye qui avait soutenu le contraire. Selon lui, la Crei avait été mise en veilleuse n’empêche qu’elle a été réactivée en 2012.

Ousmane Demba Kane

Mardi 30 Juin 2015 - 14:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter