Procès Tahibou Ndiaye et sa famille: l'audience renvoyée au 9 mars.



Le procès de l’ancien Directeur du Cadastre et les siens, a été suspendu jusqu’au 9 mars 2015hier. Le président de la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI), Henry Grégoire Diop a pris cette décision en tenant compte d’une  autre affaire en cours et du temps dont la Cour aura besoin pour statuer sur les exceptions de nullités soulevées par la défense de Tahibou Ndiaye. Une audience d'hier mardi émaillée par des incidences, à la salle 4 du Palais de Justice, avec des empoignades et des échanges houleux entre avocats et parquet spécial A cet effet, le substitut du procureur, Antoine Diome a tenu  à recadrer les deux avocats Borso Pouye et Demba Ciré Bathily. "Il est curieux que le conseil fasse des rappels mais seulement quand ça l’arrange...Tout le mal que je souhaite à vos étudiants, c’est de ne pas subir la distorsion que vous semblez accordez entre l’université de Dakar et l’école de Dakar", dira-t-il au second. 


Et d’ajouter «Quand la mémoire va ramasser du bois mort, elle rapporte le fagot qui lui plaît ». Antoine Diome a soutenu par ailleurs que la défense s’enfonce dans ses contradictions « le mea culpa sur le (à)  à la place du (et) ne suffit pas, il doit porter sur toute la première partie de la requête et ça ne sera que justice » a-t-il lancé, accusant Me Borso Pouye de "faire des confusions". « Me Pouye s’est emmêlée les pinceaux avec les articles 103 et 127 Ter à propos de l’interdiction de communiquer. Concernant la durée des six mois d’instruction", le Substitut de préciser à la robe noire qu' «à la place de votre client, j’aurais des sueurs froides parce que cela veut dire que vous n’avais pas lu le dossier ».


Et de Poursuivre: « Dans l’affaire Karim Wade, il y a eu des faits nouveaux, j’en profite pour vous dire que ce n’était pas pour contourner les délais de rigueur de six (6) mois ». 


Mercredi 17 Décembre 2014 - 12:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter