Procès de Barthélémy Dias: «C’était une mauvaise idée de se rendre à la mairie de Mermoz – Sacré Cœur, ce jour-là», garde du corps de Wade

Renvoyée le 1er décembre dernier, l’audience du procès de Barthélémy Dias s’est tenue ce mercredi devant le Tribunal de grande instance. A la barre aujourd’hui, l’ancien garde du corps (protection rapprochée) de l’ancien président Wade, Abdoulaye Diène a reconnu qu’ils ont commis une erreur ce fameux 22 décembre 2011. Selon lui, «c’était une mauvaise idée de se rendre à la mairie de Mermoz – Sacré Cœur, ce jour-là».



 

«En tant qu’agents de sécurité, les choses peuvent dégénérer si on se rend chez l’adversaire», indique-t-il.

Le garde du corps de l’ancien président Wade était à la barre aux côtés de Samba Diouf alias «Ndiol», Samba Mangane, Cheikh Mbacké, tous des éléments de la sécurité et militants du PDS.

Il faut préciser que sur les dix (10) personnes convoquées, quatre (4) étaient aux abonnés absents à l’audience dont Sarr «Américain» Gaye qui serait en Espagne. 

 «Depuis que le PDS est au pouvoir jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais été en possession d’une arme», assure toutefois Cheikh Mbacké.

Indiquant avoir de bonnes relations avec des responsables du Parti Socialiste (PS), Cheikh Mbacké cite nommément Barthélémy Dias et Aminata Diallo.

«Je connais Barthélémy Dias et jamais, je ne lui ferai de mal. Je connais beaucoup de responsables socialistes, je ne leur aurai jamais fait du tort», soutient-il à la barre.

Faisant partie de ceux qui s’étaient rendus à la mairie Mermoz Sacré Cœur, il précise toutefois s’être mis à l’écart sur place.

L’élément de la sécurité du PDS sert que c’est lui qui a «l’idée de se rendre à la mairie de Mermoz – Sacré Cœur, ce jour ». Et explique-t-il : «C’était pour apaiser les tensions. L’opposition menaçait alors que nous allions vers le congrès (PDS) qui risquait de ne pas se tenir».

«Je ne comprends toujours pas pourquoi les choses ont dégénéré à la Mairie Mermoz – Sacré Cœur», s’interroge Cheikh Mbacké.

La décision que j’avais prise, c’était de discuter avec lui, car nous nous connaissons très bien, Barthélémy Dias et moi. Je l’ai entendu parler, je pouvais lui répondre par presse interposée mais j’ai préféré discuter avec lui», insiste-t-il.

A la mairie, le jour des faits, ils précisent s’être positionnés derrière les kiosques sis sur la Bourguiba en face de la mairie Mermoz – Sacré Cœur, à bord de trois (3) véhicules.

A leur arrivée sur place, ils indiquent avoir envoyé un émissaire à qui on a dit que Barthélémy Dias n’était pas encore arrivé. Et disent-ils : «Lorsque le commissaire de Dieuppeul d’alors leur a ordonné de dégager leurs véhicules, ils ont accepté et s’apprêtaient à quitter les lieux quand le camp adverse les a attaqués (jets de pierres). «J’étais dans la voiture lorsque Barthélémy Dias a dégainé», affirme Cheikh Mbacké.

Soutenant n’avoir «reçu aucun ordre du PDS», ils affirment qu’ils n’étaient pas encagoulés.

«Pourquoi vous n’êtes pas reparti lorsque vous avez compris que votre «sensibilisation» n’allait pas opérer ?», interroge la défense de Barthélémy Dias. «On n’est pas reparti, on est resté en face de la Mairie», répond-il.

Brigadier-Chef à la police avant la radiation, Abdoulaye Diène souligne avoir été «mis à la disposition du président Wade en 2001». Interrogé par Me Aïssata Tall Sall, il déclare : «Je n’ai pas payé les agents recrutés pour se rendre à la mairie de Mermoz-Sacré Cœur».

«Badara Gueye qui dit que c’est vous qui deviez payer les agents. Il dit que l’argent devait lui être remis par Abdoulaye Diène pour payer les agents», insiste la robe noire.

Du face-à-face qu’«en tout cinquante (50) personnes ont été recrutés» pour se rendre à la mairie de Mermoz – Sacré Cœur.

«Pourquoi ne vous êtes-vous pas rendu seul à la mairie si vous dites que vous connaissez très bien Barthélémy Dias, vous connaissez même Aminata Diallo et d’autres responsables socialistes ?», pose Me Aïssata Tall Sall à Cheikh Mbacké.

«Je suis d’accord que je me suis trompé », dit-il en invoquant «sa fougue de jeunesse».


Mercredi 25 Janvier 2017 - 19:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter