Procès de Karim: Conséquence du départ d’Alioune Ndao

«La chaise est vacante » et en même tant « occupée » car souligne Me Ciré Clédor LY de la défense de Karim Wade : « même démis », le Procureur spécial, Alioune Ndao près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), « aurait dû continuer…Mais il est humain». Et «l’humiliation est sans commune mesure».



Procès de Karim: Conséquence du départ d’Alioune Ndao
En effet, sert le conseil de Karim dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis: «C’est le représentant du ministère public qui a été démis de ses fonctions ». Mais, « même démis, il aurait dû continuer le procès…Mais il est humain…L’humiliation est sans commune mesure. Je présume que tout être humain aurait trouvé des motifs de ne pas continuer…S’agissant des conséquences de ce départ dans la poursuite du procès entamé depuis le 31 juillet dernier, la défense de Karim de dire que «le procureur de la République peut commencer son réquisitoire, sortir et être remplacé.


Cela veut dire que la chaise est vacante mais est occupée ». Car « son Substitut peut venir ». Et, « en attendant que le décret ne prenne effet, par rapport à l’éminent et Honorable Cheikh Tidiane Mara qui a occupé ici des fonctions de procureur adjoint et de Procureur de la République à titre provisoire, intérimaire, jusqu’à présent, c’est Alioune Ndao qui est en service parce que le décret n’a pas pris effet.
 

Ainsi donc, «c’est son Substitut donc valablement » qui va «continuer l’audience du moins de vue de la règle de droit ». « Maintenant quand Mara sera là, va-t-il changer de Substitut ? Demander à ce qu’on le change ? Il faudrait qu’il travaille avec quelqu’un, avec qui, il aura une intelligence compatible ou bien est-ce qu’il va continuer avec le Substitut qui, quand même, a été aussi l’artisan de la plupart des actes qui ont été faits ». 


Mardi 11 Novembre 2014 - 23:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter