Procès de Karim: La CREI lâchera-t-elle du lest ?

Après la chaude semaine dernière lors de laquelle Wade-fils a sorti les griffes, le procès du siècle se poursuit ce lundi matin à la salle 4 du Palais de Justice. Décision attendue, la demande de liberté provisoire requise par les avocats de Pape Mamadou Pouye, présumé complice de Karim. A la barre, ce dernier a nié tous les faits qui sont reprochés. Il n'est pas un "prête-nom" de Karim Wade, disait-il.



Procès de Karim: La CREI lâchera-t-elle du lest ?
Après un début poussif avec les nullités que la défense tenait coûte que coûte à soulever avant d’entrer dans le fond des choses selon la volonté de la partie civile, le procès du siècle a démarré sur les chapeaux de roues la semaine dernière avec des prévenus prêts en a découdre. Karim ouvre les débats avec sa fameuse déclaration où de vive voix, il accuse le Président Sall d’être derrière son emprisonnement en vue de la prochaine présidentielle de 2017. Autre fait marquant, le pensionnaire de la Maison d'Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss depuis le 17 avril dernier, demande à Me Yérim Thiam, avocat de la partie civile de justifier les cadeaux que lui faisait son père, Abdoulaye Wade. Ce, lorsqu'il "sortait nuitamment du palais avec de grosses enveloppes qu'il n'arrivait même pas à porter"


Puis, Wade-fils ne consentira plus à pipé mot. Toutes les questions du Président de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) trouveront cette réponse : «Je ne répondrais pas à vos questions tant que M. Ibrahim Aboukhalil Bourgi n'est pas guéri et en mesure de comparaitre ». Comme s’ils s’étaient passé le mot, son co-prévenu, Pape Mamadou Pouye adoptera la même stratégie. Ce dernier ne manquera toutefois pas de préciser qu’il a été torturé en lui disant que la seule cible, c’était Karim Wade. Quelle tournure donc cette semaine ? Dans tous les cas, la CREI est attendue pour statuer sur la requête des avocats de Pape Mamadou Pouye pour une liberté provisoire. 


Lundi 8 Septembre 2014 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter