Procès de Karim Wade : Alioune Ndao en prend pour son grade dans la plaidoirie de Me Amadou Sall



Procès de Karim Wade : Alioune Ndao en prend pour son grade dans la plaidoirie de Me Amadou Sall
Hier, lors du procès de Karim Wade, le procureur spécial en a eu pour son grade dans la plaidoirie de Me El Hadji Amadou Sall. Il prétextait souvent le cousinage à plaisanterie pour lancer ses piques à Alioune Ndao.

Au sujet de l'enquête préliminaire, l'avocat de Karim Wade dit à ce dernier, « passez aux aveux et dites ce que vous avez fait ne correspond pas à la matérialité des faits. Si vous ne passez pas aux aveux, je vais continuer de vous flinguer la lecture de ces documents ».

Faisant cas du commandant de la section de la section de recherche de Colobane, il ironise en lançant que « certains disent qu'il a des méthodes américaines. Je tressaillis et cela me fait penser à Guantanamo. Ce n'est pas bon. On parque des gens, on les torture. Parfois, le substitut du procureur est là pour lui souffler des questions. C'est du sérieux. Karim Wade est blanc comme neige, jusqu'à l'extinction de la lune, vous ne pourrez pas établir qu'il a un patrimoine de 117 milliards ».

Loin de s'arrêter là selon l' « As », Me Sall poursuit se tourne vers le président de la Cour pour lui dire que si l'on suit la logique du Procureur spécial, il peut lui interdire de sortir du territoire national, malgré son privilège de juridiction magistrat. « Imaginez qu'un Ndawénne (nom de Famille du procureur Alioune Ndao) devienne fou et qu'il m'interdise de sortir, je ne pourrai rien faire... ».


Mardi 26 Août 2014 - 12:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter