Procès de Karim Wade et cie : La main invisible qui retient Pape Mamadou Pouye en prison

Pas de dégel, ni de signe de faiblesse. Telle est la ligne des faucons qui tiennent à ce que Karim Wade et ses coprévenus boivent le calice jusqu’au lie. Pape Mamadou Pouye était prêt à rentrer chez lui. Sa liberté provisoire était acquise depuis la semaine dernière. Il n’y avait plus aucune entrave. Les sources de PressAfrik étaient catégoriques. Dans l’environnement de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), tout le monde savait qu’un vent d’espoir soufflait pour celui qui est nommé «le surdoué» dans l’affaire Karim Wade. Surtout qu’il n’y avait plus moyen de «subordination de témoin».



Procès de Karim Wade et cie : La main invisible qui retient Pape Mamadou Pouye en prison
Le parquet spécial s’est opposé à la liberté provisoire décernée à Pape Mamadou Pouye. Son opposition a été décidée à la dernière minute. C’est dans la soirée que le ministère public s’est décidé. L’ordre est venu de la chancellerie qui elle aussi a été actionnée au plus haut sommet. Pour l’heure, on ne peut donner avec certitude l’identité précise des faucons qui sont intervenus pour maintenir «l’éclairé» encore dans les liens de la prévention. Mais ce qui est sûr, c’est qu’au palais de la République, on pense qu’une liberté provisoire pour Pape Mamadou Pouye à ce stade du procès avec les pressions du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) à sa tête Abdoulaye Wade serait synonyme de faiblesse, ou encore une volonté d’apaiser la tension. Or, pour eux, cela ne doit nullement en être le cas.
 
La source de PressAfrik est formelle. Pape Mamadou Pouye allait surtout être libéré et placé sous contrôle judiciaire parce qu’il a un comportement exemplaire. Et qu’en droit, «il n’y a plus de risque de subordination de témoin, il est légalement domicilié à Dakar, toute sa famille y réside». Pour cette énième demande de liberté provisoire, toute la Cour y est favorable.
 
Interpellée encore ce matin, elle a fait savoir qu’il y a de forte chance que la Cour suprême suive la CREI dans sa décision. Sur le plan du droit, il n’y a plus d’écueils objectifs.
 
Le suspens reste toutefois entier, pour le moment, sur cette main invisible qui à punir sévèrement Karim Wade et ses coprévenus.  
 

Jean Louis DJIBA

Mardi 17 Février 2015 - 10:50




1.Posté par Leuk le 17/02/2015 11:46
Ce n'est pas Macky!
C'est la Gouvernance Concertée !

2.Posté par mayday le 17/02/2015 12:36
c'est la même main qui fait obstruction aux différentes décisions des magistrats en ce qui concerne les gens de l'ancien régime. Qui a intérêt à le faire? c'est ceux qui claironnent partout l'indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs. Ils sont assis sur des braises : comment ils feront pour faire passer la condamnation des prévenus à l'absence de preuves.
Tout le monde attend de voir

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter