Procès de Karim Wade: la Ligue des Masses parle «d’accusations fabriquées, mensongères et inexactes»



Le Secrétaire général, Cheikh Sidiya DIOP et Cie désapprouvent «la condamnation sévère et arbitraire de Monsieur Karim Wade, surtout sur la base d’accusations fabriquées, mensongères et inexactes. La Ligue des Masses exige sa libération immédiate et sans condition ainsi que celle tous les détenus politiques et d’opinions du Sénégal ». Pour la Ligue des Masses, «Monsieur Karim Wade, candidat à l’élection Présidentielle du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), est victime d’un harcèlement politico-judiciaire visant à l’écarter de la vie politique du Sénégal. 


De facto, toutes ses poursuites judiciaires à son encontre sont infondées puisque politiquement motivées. La Ligue des Masses reste convaincue du caractère éminemment politique de cette mascarade judiciaire et estime que la justice sénégalaise a « cacophoné » sur son obligation de garantir un procès juste et équitable en commençant par la protection des droits fondamentaux de Monsieur Karim Wade mais pas par des discriminations appuyées sur ses opinions politiques».
 

Ils retiennent que le procès de «Monsieur Karim Wade du début à la fin a été entaché par de graves irrégularités qui engagent le crédit de la justice sénégalaise ». En conséquence, la Ligue des Masses s’indigne «de la CREI complaisante du Président Macky Sall ainsi que de sa composition apériste, en dénonçant « le modus operandi du Président Macky Sall qui procède ouvertement dans l’illégalité par élimination, ce qui n’est autre qu’un tripatouillage en bonne et due forme du processus électoral, et qui est non conforme au code électoral, à la constitution et aux ratifications internationales du Sénégal ».
 


Mercredi 25 Mars 2015 - 13:28




1.Posté par Leuk le 25/03/2015 14:57
Similitude pour similitude.

Jadis, face au Roi Ndiamala, Ndiombor et consorts avaient dû marcher sur des braises pour imposer la Démocratie.

Aujourd’hui, face au monstre du Gouloumbou, les Ndiombortons vont devoir progresser comme s’ils nageaient dans l’un des océans incandescents de la Géhenne promise aux adversaires.

La Rupture ce n’est pas maintenant, c’est au coucher du soleil.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter