Procès de Karim et Cie: "Daport a été créée pour la circonstance", Ibra Joseph BASSE



Le ballet des experts continue à la salle 4 du palais de justice où le procès du siècle se poursuit sans le principal prévenu Karim. Mamadou Pouye est toujours seul dans le box des accusés. Après Alboury Ndao et les fameux 47 milliards de Singapour, durant la matinée, place à l’administrateur provisoire de Black Pearl finance SA et ses véritables bénéficiaires économiques, l’après-midi. Ibra Joseph BASSE décline des travaux d’investigations à travers des missions en quatre (4) phases de juin 2013 à janvier 2014. BMCE devenu Black Pearl, l’expert-comptable  cite les frères Bourgi (Ibrahim et Karim Aboukhalil Bourgi et Pape Mamadou Pouye dans l’actionnariat.

 
Une société où le blocage fiscal est de mise depuis le mois d’août et où «tous les mandats ont été remis en question ». Ce qui dérange la Cour, c’est qu’en quatre (4) ans, il n’y a pas eu de paiement fiscal » alors qu’ «on distribue les dividendes à hauteur de 840 millions versés en cumul », notamment la société Met invest  dont les actionnaires ne sont autres que les frères Bourgi (44 et 36 %) et Mamadou Pouye (20%). L’expert-comptable chiffre la dette fiscale à hauteur de 341 millions de F CFA.  


Sur la curiosité, suppose Ibra Joseph BASSE : «On pense avoir une garantie que le redressement sera annulé» mais «au regard du droit commercial, ça reste interdit».
Administrateur provisoire qui dira par ailleurs « n’avoir jamais rencontré l’administrateur de la société ». Ce dernier est « parti » et « n’est jamais revenu au Sénégal ». Après la Cour, le Substitut du Procureur spécial, Antoine Félix Diome s’intéresse « à la structuration du capital qui est identique », selon les propres termes du représentant du ministère public en citant «Daport, Afriport et Met invest ».


Sur ce point, soutient-il : «Au moment de la constitution sur la société qui va gérer AIBD, 90 % des actions étaient entre les frères Bourgi et Pouye ». Et, «c’est Daport qui est choisie, une société contrôlée par Afriport avec le même actionnariat ». «Daport a été créée pour la circonstance. Elle ne correspondant aux cahiers de charge initial », renchérit l’administrateur provisoire. La partie civile notamment le bâtonnier, Me Moussa Félix Sow qui parle de «corruption et d’enrichissement illicite » demande au témoin de parler des chiffres d’affaires réalisés par lesdites sociétés. Ibra Joseph BASSE de lister : « Black Pearl a réalisé 437 millions en 2008, 852 millions (2009), 3 milliards (2010)… ». Soit « 7 milliards en quatre (4) ans ». 


Lundi 9 Février 2015 - 21:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter