Procès de Karim et Cie: la défense claque définitivement la porte de la salle 4

Il faudra s'habituer à un procès sans prévenu encore moins de défense à la salle 4 du Palais de Justice qui abrite l'affaire du siècle.



En effet, la lettre de tous les avocats de la défense est claire comme de l'eau de roche. ce collectif à compter de l'audience d'hier, mardi 20 janvier, a décidé de suspendre sa participation au procès ouvert le 31 juillet 2014 devant la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI). Une décision qu'ils qualifient de "grave". Mais qui selon eux, "est malheureusement la seule réponse possible". Ceci, face aux "errements de la Cour". Mais en particulier, "de son président qui a définitivement fait la preuve qu'il n'est pas un Magistrat impartial du moins dans le cadre de cette affaire". 


"Depuis l'ouverture du procès, il se trouve hélas que le président Henry Grégoire Diop s'est signalé par des excès". La lettre en pièce jointe des avocats de Karim et ses co-prévenus qui dénonce par ailleurs les "traitements inhumains et dégradants, les abus d'autorité infligés aux prévenus". 

communique0001.pdf COMMUNIQUE0001.pdf  (2.18 Mo)



Mercredi 21 Janvier 2015 - 11:47




1.Posté par Kalz le 21/01/2015 13:12
es avocats de la défense qui ne portent pas la robe politique comme celle de Me. Madické Niang, Me Amadou SALL, etc. doivent se tenir à l’écart du champs politique. Ces avocats qui n’ont aucune connotation politique, ne doivent pas être embarqués dans ce tourbillon politique tracé par le PDS. Ces avocats doivent mettre en avant leur vocation et de démontrer toutes les compétences qu’ils portent en eux, à la place de la robe politique de ces autres avocats qui n’ont leurs portes de sorties qu »à travers de leur appareil politique, en lieu et place du droit qu’ils devront défendre pour prouver la non culpabilité de leur client-patron politique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter