Procès de Karim et Cie: la défense paraphe la «chronique d’une condamnation annoncée»



Ils ont décidé depuis le 20 janvier dernier de suspendre leur participation à l’affaire, comme ils le déclinent eux-mêmes, qui oppose le ministère public contre Karim Meïssa Wade, Ibrahim Aboukhalil, Mamadou Pouye, Pierre Goudjo Agbogba, Alioune Samba Diassé, Mbaye Ndiaye, Mamadou Aïdara dit Vieux, Evelyne Riout Delatre, Mballo Thiam. Mais ce n’est pas pour autant que Me Moustapha Ndoye et Cie ne suivent pas ce qui se passe à la salle 4 du palais de Justice. «Des témoins oculaires nous ont rapporté qu’aussitôt après notre départ de la salle d’audience, le Président Henry Grégoire DIOP s’est exclamé : « comme ça le procès ira plus vite » », sert le collectif d’avocats parmi eux, « l’ami du président Henry Grégoire Diop » à savoir Me El Hadji Amadou Sall comme le surnomme ses collègues.
 

C’est toute la défense qui  continue de dénoncer les « violations des droits » de leurs clients. « Nous sommes dans une affaire où les dés sont déjà jetés », tance Me Papa Leyti Ndiaye. Pire selon ce dernier : « on continue à dire à Ibrahim Aboukhalil qu’il a été condamné pour banqueroute frauduleuse, ce qui n’est pas vrai puisque l’arrêté a été annulé, on continue à le persécuter ». Ceci, alors que « les gens qui lui disent cela, savent pertinemment qu’Abdoulaye Sylla de ADD Value (administrateur provisoire de AHS) a été condamné pour abus de biens sociaux. Une décision confirmée par la Cour d’Appel de Dakar le 12 septembre 2011 et l’avocat de la Cour d’Appel lorsqu’il a été condamné, c’est Alioune Ndao, ancien procureur spécial qui a requis dans cette affaire, en présence d’Antoine Diome».

 
Poursuivant les révélations, Me Baboucar Cissé, avocat d’Ibrahim Aboukhalil dit Bibo Bourgi balance contre le témoin Coumba Diagne. Vivant aux Etats-Unis, cette dernière « est venue aux frais de l’Etat du Sénégal. On l’a présenté comme informaticienne, c’est faux. C’est une coiffeuse et elle était logée à l’hôtel Pullman pour venir témoigner ». Pire, selon Me Abou Dialy Kane en continuant ce procès, «c’est un incident diplomatique qui risque d’éclater entre le Sénégal et le Bénin. Car dira ce dernier :



«Ce qui se passe pour M. Pierre Goudjo Agbogba, citoyen béninois est tout simplement inacceptable. Il est pris en otage par la justice sénégalaise. Depuis deux (2) ans, Pierre G. Agbogba ne peut pas quitter le territoire. Aujourd’hui, on lui dit vous êtes en liberté provisoire mais en vérité…on lui a retiré tout ce qu’il avait acquis, le droit d’aller et de venir, de travailler, de prendre en charge sa famille… ». Forte de ce fait, la défense n’entend nullement participer à cette « parodie de justice » avec des administrateurs provisoires qui « empochent 300 millions en deux (2) mois » notamment pour Dubaï Port World (DPW) . Et elle invite dès lors la Cour à «accélérer la cadence et condamner Karim et les autres ». Ce partisan de Wade-fils de marteler : « Nous ne les laisserons pas faire ».
 
Ça promet. 


Mardi 3 Février 2015 - 00:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter