Procès de Karim: un « samaritain » surgit de nulle part, prend la défense de Bachir Diawara et déjeune aux frais de la Cour



Bachir Diawara a presque ravi la vedette à Karim Wade. Pour l'audience de ce jour, son passage devant la Cour pour trouble d'audience a sans doute mis de l'ombre sur la poursuite qui pèse sur le fils de l'ancien chef de l'État.


Mais s'il y a un témoignage qui a retenu l'attention du public, c'est sans doute celui de Waly Albert Ndong, comptable, membre du Comité Directeur (CD) et responsable du parti à Fatick. Selon M. Ndong, c'est dans ce cadre du parti qu'il a connu M. Diawara. « Je suis témoin des faits. J'étais assis à trois rangées derrière Bachir Diawara. Mais je ne l'ai pas vu jubiler. Lorsque le gendarme l'a fait sortir, je l'ai suivi pour m'enquérir de la situation et faire une médiation. Ce que je fais très souvent, mais c'est en ce moment qu'un autre gendarme l'a interpellé en dehors de la salle » témoigne M. Ndong.


Henri Grégoire Diop, le président de la Cour a voulu savoir à quel titre il joue les médiations : à titre d'ami, de médiateur désigné ou de membre d'un parti. Le « bon samaritain » de Bachir Diawara a-t-il répondu, « Je suis membre du PDS mais je n'interviens pas en qualité de membre d'un parti politique mais en citoyen pour jouer un peu les médiations. C'est à titre personnel de bon citoyen que j'interviens ».


Mais le plus marrant est venu lorsque la Cour a cherché à savoir pourquoi il s'est rapproché des avocats et non de la Cour pour témoigner. «Monsieur le président, c'est parce que vous êtes inaccessible, vous avez vos gardes du corps etc. » a répondu le témoin de l'incident. Une réponse qui a plongé la salle dans l'hilarité. « Vous n'en savez rien car vous n'avez pas cherché à le faire » lui rétorque Henri Grégoire Diop. 


Mais l'aventure avec Waly Albert Ndong était loin d'être close. Figurez vous qu'il n'était même pas inscrit sur la liste des témoins. « Vous surgissez de nulle part, vous venez témoigner en plus vous prenez votre déjeuner en plus aux charges de la Cour », lui lance le président de la Cour d'un ton humoristique.
 


Jeudi 6 Novembre 2014 - 18:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter