Procès en diffamation : Khouraichi Thiam réclame 1 milliards de FCfa à Saer Sec et la «Gazette».

L’ancien ministre de la Pêche sous l’ère Wade, Khouraichi Thiam a attrait hier, Pape Amadou Fall et Saer Seck, respectivement directeur de publication de l’hebdomadaire la «Gazette» et coordonnateur du Groupement des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes) à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Il les accuse de diffamation et leur réclame 1 milliards de FCFA en guise de dommages et intérêts.



Procès en diffamation : Khouraichi Thiam réclame 1 milliards de FCfa à Saer Sec et la «Gazette».
Khouraichi Thiam entame un combat judiciaire avec le directeur de publication de la «Gazette». Cette plainte découle du numéro 227 de l’hebdomadaire qui avait titré à sa Une : «Pêche illicite : Saer Seck réclame la tête de Khouraichi Thiam». Ensuite s’en sont suivis ces propos rédigés par le Dirpub : «150 milliards de perte annuelle, c’est le préjudice que subit le Sénégal à cause de la pêche illicite. L’ancien ministre Khouraichi Thiam indexé, lors de son passage au ministère de l’Economie maritime a cautionné des pratiques inavouables sous l’aile de l’ancien Président Abdoulaye Wade. 120 dollars la tonne de poisson pélagique, c’est la somme que versaient les Russes aux autorités sénégalaises au moment où le trésor publique ne recevait que 35 dollars par tonne. Ce détournement opéré sous l’ancien régime porte la signature de l’ancien ministre de l’Economie maritime, Khouraichi Thiam».

Hier, à la barre, le Dirpub de la «Gazette» a assumé ces propos et a assuré n’avoir rien inventé : «Je n’ai fait que porter à la connaissance de nos lecteurs les informations des rapports», a-t-il déclaré, assurant au juge de n’avoir jamais été animé par une intention de nuire à quelqu’un.

Saer Seck, lui aussi a déclaré s’être basé sur le rapport de Green peace. Ce qui n’entame en rien, selon la partie civile, le caractère diffamatoire des propos : «leur seule volonté, c’était de jeter en pâture Khouraichi Thiam. Au Sénégal, on ne tue plus les gens civilisés par les armes, on les tue par la presse», a déclaré Me Babou.
L’affaire est mise en délibéré jusqu’au 17 juillet.

Ousmane Demba Kane

Mercredi 20 Mai 2015 - 10:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter