Procès militaire d'un blogueur tunisien: RSF s'inquiète

Dans un communiqué diffusé vendredi 2 janvier, Reporters Sans Frontières exprime sa « plus vive inquiétude » après la condamnation d'un blogueur tunisien à trois ans de prison par la justice militaire. L'organisation de défense de la presse demande le transfert du procès devant la justice civile.



Le blogueur tunisien Yassine Ayari. capture d'écran video
Le blogueur tunisien Yassine Ayari. capture d'écran video

L'interpellation du blogueur  s'est produite à son retour de Paris à l'aéroport de Tunis, le 24 décembre dernier. Certains opposants au parti Nidaa Tounes, vainqueur des élections, y ont vu le signe du retour des pratiques de l'ancien régime.

Mais la condamnation de Yassine Ayari remonte au 18 novembre, c'est-à-dire avant l'élection présidentielle. Pour Reporters Sans Frontière, c'est plutôt le rôle de la justice militaire qui pose problème en Tunisie et « met à mal » le processus de consolidation de la démocratie. Le blogueur de 33 ans, déjà actif sous Ben Ali, et connu pour ses propos provocateurs sur les réseaux sociaux, a en effet été condamné par un tribunal militaire à trois années de prison ferme pour atteinte à l’honneur de l’armée, et plus précisément, selon le parquet militaire, pour avoir « diffamé un certain nombre d'officiers et de cadres du ministère de la Défense ».

Yassin Ayari, actuellement en prison, est lui-même le fils d'un colonel de l'armée, tué en mai 2011 dans un des tout premiers accrochages de l'après-révolution entre jihadistes et forces de l'ordre en Tunisie. « Reporters Sans Frontières exprime sa plus vive inquiétude et appelle à transférer le procès devant la justice civile, garante d'impartialité et d'indépendance. »


Rfi.fr

Samedi 3 Janvier 2015 - 08:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter