Proches et amis défendent Samba Sow: la face d’ange du "chauffeur tueur"



Proches et amis défendent Samba Sow: la face d’ange du "chauffeur tueur"
Rares sont les personnes qui ne réclament pas sa tête après le meurtre barbare de la 5ème vice-présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) à Pikine Khourounar, samedi dernier. Alors que le Magal de Touba avait presque vidé les rues de Dakar et sa banlieue, Fatoumata Moukhtar Ndiaye a été retrouvée (par sa mère) égorgée comme un mouton.

Arrêté, son chauffeur a avoué le crime. Le mobile étant financier, Samba Sow voulait rassembler la dot (300.000 F CFA) pour épouser sa dulcinée.

Depuis lors le débat sur le retour de la peine de mort est à son comble. Pour certains, il faut donner l’exemple en égorgeant Samba Sow sur la place publique.

Ce sont sur ces entrefaites que les proches et amis de Samba Sow sortent de leurs réserves et se prononcent. Plus que surpris, ces derniers récusent les traits d’un monstre et dévoilent la face d’ange «d’un homme timide au grand cœur», dans les colonnes de «l’Observateur».

«Samba est un homme sans histoire. Entre lui et ma mère, le seul souci, c’était par rapport à l’heure du coucher. Maman ne supportait pas que ses enfants, filles comme garçons, restent dehors jusqu’à une certaine heure. Elle lui demandait souvent de rentrer tôt parce qu’elle doit fermer sa porte avant de se coucher», narre Lyssa Sow, cousine de Samba Sow dit «Bathie».

Orphelin de mère à l’âge de 19 ans, ce dernier a perdu son père quatre (4) ans plus tard. Ainsi, à 23 ans, Samba Sow a dû s’occuper de ses deux (2) petites sœurs et de son petit frère. Et se rappelle sa cousine: «A la mort de son père, il pleurait comme un môme et ma mère lui a dit : «Un garçon ne doit pas pleurer de la sorte. C’est toi qui dois consoler tes sœurs et cousines». Pour vous dire qu’il a un grand cœur».
 
Pour Lyssa Sow, cela ne fait aucun doute que «ce qui est arrivé est l’œuvre de satan». «Un témoin a vu le meurtrier sortir de la maison en courant. Il était vêtu d’une djellaba blanche. Notre frère n’est pas cet homme. Lui est un homme honnête doublé d’un croyant », s’emporte sa sœur, Mamy Sow en larmes.

Le petit-frère de Samba cloîtré dans sa chambre, sa cadette (Sassoum) précise être la dernière à avoir vu Bathie. «C’était le jeudi. Il m’a trouvée à la devanture de ma maison conjugale. Je lui ai annoncé qu’on préparait le Gamou. Il m’a remis 5.000 F CFA et m’a demandé de chercher de la monnaie et de prendre 3.000 F CFA».

«Bathie ne fume pas, ne boit pas … Et puis, il aimait beaucoup sa patronne », renchérit Lyssa. Version confirmée par le frère de la défunte. «Samba n’avait pas de sens interdit dans la maison. C’était l’homme de confiance de Fatoumata. D’ailleurs, cette dernière attendait de sortir de viduité pour faire les démarches nécessaires concernant son projet de mariage», affirme Pape Ndiaye.

Sur ce point précis, Lyssa Sow dément: «Samba ne peut pas décider de la date de son mariage sans en parler à ma mère qui est sa tant. La rumeur avait couru durant le mois de ramadan. Un jour, tante Fatoumata a demandé à ma mère si «Bathie» lui avait annoncé qu’il allait se marier. Ma mère lui avait répondu que non. Elle avait alors ajouté que ce n’était donc pas sérieux».

Seul ami qu’on lui connait du côté du CESE, Khadim n’en revient toujours pas. «J’ai été informé alors que j’étais à Touba. Je ne pouvais pas le croire. Samba ne peut pas tuer un mouton», jure-t-il en martelant : «Si c’est lui le meurtrier, un innocent a tué». 


Jeudi 24 Novembre 2016 - 14:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter