Profanation au cimetière de Pikine: de gros déballages en vue

L'enquête du commissariat de police de Pikine sur le cas du fossoyeur Saër Gningue débouche sur l'ouverture d'une information judiciaire. Une délégation judiciaire (Dj) a été envoyée au redoutable commissaire de police du département, Adramé Sarr. A charge pour l'officier de police judiciaire de poursuivre la traque aux membres du supposé réseau et de leur mettre le grappin dessus.



Profanation au cimetière de Pikine: de gros déballages en vue
L'affaire du tristement célèbre fossoyeur du cimetière musulman de la ville de Pikine (banlieue dakaroise) est finalement mise en instruction. Le Procureur de la République a, en effet, ordonné l'ouverture d'une information judiciaire avant de confier le dossier du creuseur de tombes, Saër Gningue à un juge d'instruction. 

A en croire des sources de "Zoominfos", deux flics enquêteurs, rompus aux techniques d'investigations, ont été mis sur l'affaire, aux fins de continuer la poursuite du dossier d'instruction. La source signale toutefois qu'aucun élément nouveau n'a encore été découvert. Même si les enquêteurs policiers désignés semblent être sur la bonne piste, en vue de faire toute la lumière sur la présumée existence d'un vaste réseau avec des ramifications à des échelons insoupçonnés de l'échelle de la société. 

Depuis la série de profanation par exhumation de tombes, d'aucuns soupçonnent un puissant lobby. Aussi établissent-ils un lien direct entre l'attitude du refus systématique du fossoyeur de parler lors de la reconstitution des faits, de coopérer avec les limiers dans la perspective du démantèlement du réseau. "Je sais que je suis démasqué mais de grâce excusez-moi ! Je préfère mourir que de parler", disait Saër Gningue. 


Lundi 11 Janvier 2016 - 08:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter