Profanations du cimetière de Pikine : de nouvelles révélations sur l‘affaire

On en sait plus sur l’affaire des profanations des tombes au cimetière de Pikine, notamment sur la découverte des corps et leur disposition. En effet, de nouveaux éléments révèlent que si les corps n’ont pas été remis dans leur tombe par les profanateurs, c’est parce que ces derniers ont été surpris dans leur sale besogne.



Les corps découverts vendredi dernier n’auraient jamais dû l’être si les profanateurs n’avaient pas été surpris. En effet, occupés à faire leur sale besogne, ceux-ci n’ont pas eu le temps de remettre les dépouilles dans leur tombe à cause de l’arrivée inopiné d’un individu dont l’identité a été soigneusement gardée secrète, nous révèle l’Observateur.

Mais l’analyse des faits désigne le fossoyeur comme étant enfoncé par l’appât du gain facile. Car semblant de plus en plus évident que son rôle dans cette affaire ne s’est limité qu’à la désignation des tombes récentes à ses commanditaires afin que ces derniers qui avaient besoin de linceuls intacts puissent en disposer.

Le fossoyeur, qui bénéficie actuellement d’un second retour de parquet, devait aussi remettre les corps dans leur tombe une fois que ses commanditaires ont fini leur travail macabre. Malheureusement pour eux, le sort en a décidé autrement.

Les prochains développements de cette affaire pourraient provenir du relevé des appels téléphoniques car les portables de Saër Gningue et de Niasse, le second fossoyeur arrêté puis relâché, ont été mis sous scellés. Pour rappel, Saër Gningue refuse toujours de dévoiler l’identité de ses commanditaires criant pour qui veut l’entendre qu’il «préfère mourir plutôt que de dévoiler leur identité». 

Ousmane Demba Kane

Vendredi 11 Décembre 2015 - 07:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter