Projet de Loi portant Code électoral : Pourquoi la date du 2 juillet pour les législatives fâche autant l'opposition

La date du 2 juillet retenue pour les législatives fâche l’opposition. Une pomme de discorde entre l’opposition et le pouvoir. Mais, à en croire le ministère de l’Intérieur, ce point d’achoppement sera soumis à l’appréciation du président de la République.



 La contestation du projet de loi portant modification du code électoral s’est surtout focalisée sur la date de la tenue des élections législatives, prévues le 2 juillet prochain. Une principale pomme de discorde entre le pouvoir et l’opposition après l’augmentation du nombre des députés qui va passer de 150 à 165 avec quinze députés qui seront issus de la Diaspora.
 
Pour l’opposition, il n’est pas question de tenir les élections législatives le 2 juillet qui tombe un 2 juillet en plein mois de ramadan. Alors que le texte a été adopté par la majorité parlementaire, l’opposition présente à l’hémicycle n’envisage pas de céder désormais sur la date du 2 juillet qui coïncide selon l’opposition avec le début du mois béni de ramadan. Et seul un arrangement du chef de l’Etat pourrait faire ouvrir une porte de sortie de crise entre le ministère de l’Intérieur et l’opposition, Abdoulaye Daouda Diallo qui rassure et promet que «  ce point sera soumis désormais à l’appréciation du chef de l’Etat », a-t-il-précisé.
 


Mardi 3 Janvier 2017 - 09:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter